Sauvegarde des Voies Lentes et du Patrimoine Naturel

24 août 2016

PROGRAMME

 

 

Les balades sont des promesses d'oxygène qu'il serait bête de louper. 

Notre association organise des promenades en pleine nature dans le Parc Naturel des Hauts-Pays et environs. Ces promenades guidées de + ou - 10 km  (2 h 30) vous feront découvrir nos villages en empruntant le plus souvent des sentiers et chemins de traverse.

Pour donner une plus-value aux circuits parcourus, nous vous renseignerons sur l'histoire des lieux traversés.

  Que vous soyez simple promeneur, curieux de nature, d’histoire, de légendes ou amoureux de notre patrimoine, vous serez comblé. (Chaussures de marche conseillées.)

 Participation aux frais : 0,50  €uro.



Equipe svlpn 21-12-14

Vous serez guidé par les "accompagnateurs" de "Sauvegarde des Voies Lentes.." dès le 3 janvier 2016.

De gauche à droite: Serge, Pierre, Bernard, Fernand.

 

sur sentiers

 


2016

La 15 ème année d'activités 



  

3 ème TRIMESTRE

 


 

 Les sentiers battus de notre région recèlent une multitude de lieux que vos déplacements en voiture ne permettent pas d'apprécier. Des paysages souvent inaccessibles ou invisibles autrement qu'à pied. Venez les découvrir avec "Sauvegarde des Voies lentes..."

 Suivez nous, pas à pas, sur notre blog.

Programme à imprimer, cliquez ici:    Svlpntrim_16_3

Nos marches pas à pas sur Facebook: https://www.facebook.com/groups/42721206542/

  



 GHLIN

 

Le dimanche 3 juillet 2016 à 9h30, notre promenade de + ou - 10 km partira de la Place de Ghlin.

  43 promeneurs chez "Les coupeux d'Artoiles." - 45 photos dans nos albums. 

 


BELLIGNIES (F)

 

La vallée du Marbre

 

Le dimanche 17 juillet 2016 à 9h30 départ de notre promenade de + 9 km depuis la rue de la place de Bellignies (France).

 47 promeneurs dans la vallée du marbre. -  95 photos dans un de nos albums ci contre.


 

EUGIES

 Ce dimanche 31 juillet 2016 à 9h30, départ de la place d’Eugies pour une promenade de + ou - 10 km.

 

55 promeneurs sur les sentiers d'Eugies et du Bois de Colfontaine.  Album annexé.


ANGRE (Honnelles)

  Nous vous proposons ce dimanche 14 août 2016 une promenade en groupe de  9 km au départ de la place d'Angre dans l'entité des Honnelles.

 Ce village rural par excellence est arrosé par la Grande Honnelle.

 Ancienne capitale de la chicorée (7 fabriques), il est aussi la patrie du graveur Charles Bernier de renommée internationale. 

Sur les hauteurs du bourg d’Angre, la Chapelle Saint Roch (1851) offre un superbe panorama permettant d'apercevoir 39 clochers.

 A l’arrière de l’église nous longerons la Honnelle pour prendre la direction du Moulin du village.

 Nous remonterons la vallée jusqu’à la place d’Angreau.

 Traversée de ce village et depuis la « Ferme du Seigneur »,(ancienne propriété des Comtes de Paris), légère montée vers  « les Fonds » et le "Le carrefour de la Baraque" situé juste au-delà des bornes frontières (Alt.90m).

 Depuis ce lieu, par temps clair, panorama exceptionnel vers le paysage transfrontalier.

 Après cette petite incursion sur le territoire français nous redescendrons dans la vallée via « La Haie d’Angre ».

  Retour dans le village par les sentiers côté jardins. 

  Au plaisir de vous y retrouver.

 50 promeneurs étaient au RDV pour admirer les panoramas vers la France (Sebourg) et la vallée de la Haine.



 

 

VILLERS SIRE NICOLE  (F)

 

Villers s nicole place

 Comment y arriver ?

Venant du Borinage ou de Mons, prendre la direction de Maubeuge.

2 km après l'ex poste de douane (Bois Bourdon), virer à gauche vers Bettignies (RD 159) jusqu'à Villers Sire Nicole.

 

Promenade balisée du « Sentier du Moulin »

(Balisage jaune du Conseil Général : Département du Nord.)

 

Ce 28 août 2016 à 9h30 la promenade au départ de la place de VILLERS SIRE NICOLE nous permettra de parcourir + ou - 10 kilomètres sur un plateau aux ondulations peu accentuées, à la frontière Franco-Belge au nord de Maubeuge.

 

Villers-Sire-Nicole (Sire Nicolas)

 

Avec un riche passé historique, ce village transfrontalier de la Communauté de Communes Nord-Maubeuge bénéficie d'une situation privilégiée au cœur de la vallée de la Trouille.

 

Au XIIIème siècle, Nicolas de Barbançon intègre Villers dans le domaine qu'il tente de constituer dans la vallée de la Sambre. Il fera du château féodal sa résidence préférée et le nom du village s'augmentera du nom de son seigneur.

 

A partir du XVIIème siècle les nombreux moulins à eau installés le long de la vallée de la Trouille développent une activité métallurgique et textile.

 

 Partant à gauche de l'église du village, notre parcours empruntera un tronçon d'un GR de Pays (sentier de Grande randonnée "Tour de l'Avesnois").

 

Ce chemin longera la butte de Solmont.

Butte de Solmont : Sur la Butte, un ancien stockage de déchets non dangereux contrôlé et réaménagé.

Plus loin, une vieille borne en pierre bleue nous indiquera notre entrée en Belgique. 

Depuis la butte de Havay (Alt: 130 m) nous aurons un point de vue unique sur la région du Borinage.

 Par temps clair, il vous est même possible d'apercevoir le Beffroi de Mons.

  Retour côté Français par un chemin de terre jusqu’aux abords de Bettignies.

 Nous prendrons alors la direction de Bersillies (son fort faisant partie de la ceinture de défense de Maubeuge.)

  Après la traversée du village, le sentier du Moulin de la Salmagne longe le ruisseau de l’hôpital se jetant dans « La Trouille » qui traverse Villers.

 La D 159 nous ramènera au village en passant devant la Chapelle Notre Dame de Grâce.

  

MV-Maubeuge-Villers s Nicole

 

Le sentier de l’Hôpital = ancien tracé du Petit Train de Maubeuge à Villers Sire Nicole (Voie étroite de 1m – sur 13 km)

 Le 15 mars 1896 un train à voie métrique sera installé pour faciliter les échanges industriels avec le bassin de la Sambre et le transport des ouvriers venant de Maubeuge. Le petit train de Villers fut supprimé en 1951.

  Au plaisir de vous y rencontrer.


WARGNIES LE PETIT (F)

 

Wargnies_le_petit 28-6-2009 002

 

Le 11 septembre à 9h30 départ Chemin des Vaches, Cimetière, à WARGNIES LE PETIT. (Fléchage depuis la place en travaux)

 


THULIN

 

Thulin_place

 

Le 25 septembre à 9h30 départ de la Place de THULIN.

 

 


 


Chercher

Vous étiez sur la page "Programme" de notre blog. Pour parcourir l'entièreté de nos messages, cliquez sur la droite dans "CATEGORIES" et choisissez une des rubriques.

Bonnes promenades sur le WEB.


 

Certaines communes ou autres associations organisent des promenades dans notre région de Mons Borinage.



Agenda

 



13935006_10209839222879269_1971791410628961208_n


16-9-24


 JEANLAIN (F)16-10-2-2

 



    

D'autres promenades balisées dans nos communes  Boraines.

Voir rubriques: Circuits communaux.

Escalades Boraines, etc...............



  

Posté par svlpn à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 mai 2011

Promenades balisées du Parc Naturel des Hauts Pays

 

Promenades balisées du Parc Naturel des Hauts Pays.

1/25000

19 parcours balisés

+ Le GR 129 HP

+ RAVeL L 98 et 98 A.

5 €

En vente à la Maison du Parc :

rue des Jonquilles, 24 - 7387 ONNEZIES

Carte_balades_PNHP



 QUEVY

Circuit BERIA

Départ de la place de Quévy le Petit.

 

100_1358

 

100_1359

 

 

100_1414

14-9-1Béria

100_1420



BOUGNIES

Le circuit Louis Pierard

 

Circuit Louis Piérard

Journaliste, écrivain, poète, critique littéraire et critique d'art, académicien, conférencier éloquent, éducateur populaire, homme politique et grand humaniste, Louis Piérard a marqué son époque et notre région. Cette promenade, crée en son honneur, vous en apprendra plus sur cet homme d'exception et vous garantira un bon bol d'air.

https://www.cirkwi.com

https://www.cirkwi.com/fr/pnhp1?lat=50.3296&lng=3.76831&zoom=10 

Louis Piérard

 

 


Circuit Moneuse

Posté par svlpn à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 avril 2011

Promenades Découvertes

Les Circuits du RSI HAUT-PAYS

Circuits balisés en jaune

 par

le Royal Syndicat d'Initiative du HAUT-PAYS:

- 8,800 km au départ de la Place d'Angreau.

- 3 km au départ de la Place de l'église d' Onnezies.

- 9,600 km une promenade Franco-Belge au départ d'Erquennes, elle débute au carrefour de la Croix des muets.

- 7 km au départ de la Place du Joncquois à Blaugies.

Vous trouverez ces parcours tracés sur une carte IGN des promenades dans le Parc Naturel des Hauts Pays. (Edition mai 2011 - 5 €)

sihplogoa

http://www.haut-pays.be

 

 


 


Van Gogh_EWASMES (COLFONTAINE)

Une promenade de 8,5 km sur les traces de Vincent Van Gogh à Wasmes.

Suivez-le dès son arrivée au Borinage sur:

 http://vangoghborinage.canalblog.com/

http://vangoghborinage.canalblog.com/archives/2012/12/11/25800810.html



 

TrDOUR

 

Le Triangle des stériles

 

Un sentier pédestre de 11 km qui forme un triangle entre 3 terrils de la commune de Dour :

 

Frédéric, Sauwartan et Saint-Charles.

 

 

carte_st_riles 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



DOUR - Elouges - Wihéries

 Circuit de la Biodiversité

circuit biodiversité

 




QUIÉVRECHAIN

Sur les traces de saint Landelin, avec Fabrice Lisiecki

Fabrice Lisiecki, auteur du roman « Le secret des Honnelles », a la plume alerte et la tête débordante de jolies histoires. Actuellement, l'écrivain est sur la rédaction de son prochain ouvrage, dont la sortie est prévue pour le début du mois de septembre 2012. En toile de fond de son livre, une enquête historique à couper le souffle, sur les traces de Saint Landelin.

À l'origine de la fondation de Crespin

Trois ans après la mort du roi Dagobert, Landelinus revient dans les marécages et y plante son bourdon. Une source jaillit abondamment. Elle émet des ondes bouillonnantes ou crespelues. La localité sera, plus tard, dénommée Crespin. Landelinus va suivre la destinée de la source jusqu'à son confluent avec la rivière de Hon (aujourd'hui l'Hogneau), un lieu idéal pour y créer un ermitage. Celui-ci deviendra la Crispinium abbatia ou abbaye de Crespin. Elle tiendra un rôle majeur dans l'évolution de la région. Alors... Si, en descendant l'Aunelle, on remontait sur les traces de saint Landelin ?

Une balade

Une belle balade à réaliser seul ou en famille, bien loin des axes routiers. On peut, bien sûr, la parcourir dans les deux sens.

D'une distance de 4 km, elle est à découvrir en promenade, en marche nordique, en courant, à vélo ou en pratiquant le run and bike. Pensez éventuellement à imprimer le parcours à partir de votre ordinateur. 

 Point de départ :

La charmante église Saint-Martin à Quiévrechain a été fondée par les moines de l'abbaye de Crespin.

Elle est propice aux rendez-vous avec son parking juste derrière elle, au pied de l'ancien terril rouge dont il subsiste un monticule. Une pensée pour les mineurs et leurs conditions de travail s'impose d'emblée.

Mais revenons à l'édifice religieux. Avec un peu d'observation, vous pourrez deviner ses différents agrandissements réalisés au fil des siècles. Les premiers soubassements datent de l'an 820.

Enfourchons les vélos et descendons la petite rue de l'Église pour tourner à gauche, rue de l'Abattoir. Au bout, gagnons à droite l'ancien moulin, sur l'Aunelle qui fait office de frontière et longeons-la sur sa rive gauche. Un petit chemin en asphalte serpente selon les caprices de notre rivière bordée d'arbres.

L'imposant mur en brique est un vestige du passé industriel minier.

Nous voici déjà au pont de la Planche qui fut un passage à gué préhistorique.

La rue de l'Aunelle à un certain cachet, avec un peu de chance, vous vous resterez béat devant les poules d'eau.

Profitons-en pour apprendre à nos enfants à s'émerveiller et à respecter la nature !

A peine le temps d'admirer le romantisme du cours d'eau et vous apercevez déjà les Corons du Corbeau. Fermez les yeux et, si vous savez rêver, vous entendrez jouer l'orchestre Bardzinski. 

 Traversons à pied l'avenue Jean Jaurès près de l'ancienne douane. Ici, avant l’avènement de l'autoroute Paris-Bruxelles, l'appellation Outre-Quiévrain prenait tout son sens dans le monde du transport routier.

Enfonçons-nous maintenant sous l'ombrageux chemin du Compose. Si vous n'avez pas de casque, baissez la tête dans le tunnel, sous la voie ferrée.

La clarté revenue, vous vous apercevrez que la rivière en a profité pour faire une petite escapade en solo.

Encore de nombreux secrets à dénicher

Le Bois du Compose s'annonce, encore deux cents mètres et vous voilà sur un chemin bien singulier : à droite, de bien belles terres agricoles aux parures colorées ; à gauche, des arbres qui tutoient les marécages.

C'est le reliquat de l'ancienne et immense forêt d'Emblise qui n'avait rien à envier à celle de Brocéliande. C'est là que dans un premier temps, saint Landelin pensait s'établir.

Ce chemin chaotique nommé Longue Chasse se termine au niveau du moulin de Crespin avec sa pittoresque passerelle sur l'Hogneau. Ne la franchissons pas mais restons sur le Chemin de la Longue Chasse pour gagner la civilisation.

Arrêtons-nous à hauteur du 41 rue du Moulin et pénétrons dans l'histoire en franchissant le porche de l'ancienne Abbaye. En cherchant un peu, vous découvrirez, comme des menhirs, les piliers de l'église. Saint Landelin y fut enterré.

Attention ! L'abbaye n'a pas livré tous ses secrets, à vous de les trouver...   

Abbaye de Crespin N 50° 25.366 E 003° 39.840

 


 


 

 

Posté par svlpn à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 avril 2009

Press Book


 

Interview  de mon voisin Olivier dans le cadre d'un travail sur l'environnement.

https://www.youtube.com/watch?v=mCv-NpFYApY&feature=player_embedded

 

 


 

Proximag-03

Le_rail_4_2010Passe_partout_2011

Proximag_002

Proximag_001


 

PCDN

 

 

Dipl_me_2006

 


 

Passe_Partout_2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 La_Province_2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La_Province_8_2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  


 La Province 1-2009

La_Province_1_2009

 

 

 

 

 

 

 

 

  


 

 La_Province_9_2008

La Province  9-2009

 


  

sentier_presse_1_8_2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

  

Svlpn_presse_9_2009

 


   

14_10

 


  

Passe_Partout_2010

A la "Une" de "Passe-Partout", bientôt à la "Une d"or" de "La Province" ?

 


 

Une_d_Or_6_1_2009


La_Province_4_2011

 

 

 

 

 

 

 

 Départ d'Autreppe le 10 avril 2011.


 

5-1-14-01

5-1-14-02

  


 

Posté par svlpn à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2008

Condé sur l'Escaut


CONDÉ sur l'ESCAUT (F)

Une promenade des vestiges historiques (2 km – 1h30)

Un peu d'histoire :

Au confluent de deux rivières, la Haine et l'Escaut, la ville de Condé est cernée de nombreuses voies d'eau et d'étangs. C'est l'eau qui à fixé le destin de Condé.

Par sa situation géographique elle était un point stratégique. Les Espagnols la fortifièrent d'abord, Vauban améliora ensuite son système de fortification.

De nombreuses casernes furent construites et disséminées dans la ville.

Départ: Place verte, emplacement d'une église collégiale qui a disparut à la révolution.

< Rejoignez la rue de la cavalerie et découvrez à son angle le château de Bailleul 

Bailleul

Achevé en 1411, le château de Bailleul était le siège de la seigneurie de Bailleul, cet hôtel est une maison forte de grès cantonnée de tourelles à toit en poivrière. Le Duc de Croy  y est né en 1718.

< En parcourant cette rue, vous longez sur votre gauche le quartier de la cavalerie (XVIIIe). Les habitations actuelles ont été aménagées dans les anciennes casernes Lecomte.

< Vous rejoignez la rue Bruenne.

> Puis sur votre droite apercevez l'Arsenal ,

Château-fort de la famille d'Avesnes reconstruit à la fin du XIIe siècle au confluent de l'Escaut et de la Haine, il fut vendu au roi et transformé en arsenal après la conquête français. Il en subsiste une haute muraille flanquée de quatre tours et le châtelet d'entrée.

> En longeant ces murailles vous rejoignez le square de l'Escaut. Une ouverture dans la muraille permettait le passage des bateaux.

De la Haine à l'Escaut : La richesse de Condé provient en partie de la Haine, rivière sinueuse dont la "rupture de charge" exigeait le déchargement  du charbon belge par les bateliers et leur chargement au niveau de l'Escaut. Le canal de Mons à Condé succéda à la Haine et la ville continua à percevoir des taxes sur le passage des marchandises venant de Belgique.

> Remontez le boulevard de l'Armée pour vous promener sur la fortification bastionnée.

Une variante vous permet de vous diriger droit devant vers les fossés au pied du Bastion et de découvrir quelques ouvrages défensifs : demi-lune et contre garde.

Passez le fossé (le Jard) et longez celui-ci jusqu'a l'avenue de la Liberté que vous empruntez vers la droite jusqu'à la porte Vautourneux.

Un peu avant le jardin public, vous observerez une enceinte médiévale du XIIe, partie des murs et tours qui formaient la première enceinte de protection de la ville. Parmi les tours qui subsistent encore ; la tour des Capucins, tour des Espagnols, tour des Archers…

A travers le jardin public ou en longeant les fortifications, vous atteignez la porte Vautourneux  située sur le front de "Tournay".

Vautourneux

Porte Vautourneux, porte de la ville reconstruite en 1707, après la conquête française, à l'emplacement de la Porte Rombault détruite lors du siège de 1676.

De retour dans le centre en passant par le jardin et les remparts, vous découvrirez  le Beffroi et corps de garde (XVIIIe), symbole des libertés communales, puis l'Hôtel de ville. Celui-ci a été construit en pierre bleue de Tournai sur l'emplacement d'une ancienne maison commune et d'une halle couverte. Un mètre étalon est installé à l'entrée du bâtiment.

Les sportifs, amoureux de la nature ou de balades, peuvent découvrir le site Ledoux et Chabaud-Latour, 34 km de promenades balisées sur des parcours variés.

Le Site Ledoux et Chabaud Latour.

Condé  est située au sein de la " forêt Charbonnière" qui s'étendait à l'époque gauloise de Liège à Béthune.

Une première fosse Chabaud Latour est créée fin 19ème, puis Ledoux en 1901. Celle-ci prendra sa pleine expansion après 1945 et fit doubler la population de la ville. Elle ferme le 30/12/1988 laissant 384 ha de friche industrielle et un terril conique. (72m au-dessus du niveau de la mer)

Reverdissement dès 1994. (200.000 arbres et 400.000 arbustes).

Pour en savoir plus ?  Office de Tourisme de Condé, Place Rombault.


Posté par svlpn à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Promenades dans le Nord Français

  

A pied, vous pouvez aller partout... si vous avez le temps. [Steven Wright]

 

Sortons des sentiers battus, nos amis français nous invitent à la randonnée.

 



  Le Comité Départemental du Tourisme du Nord. 

 

Possibilité de télécharger gratuitement des fiches individuelles de randonnées pédestres dans l'Avesnois et le Valenciennois. -   www.cdt-nord.fr

 

Voici quelques circuits proposés :

Hon Hergies – La tournée des Chapelles  - 12 km.

Mecquignies – Circuit des Sabotiers – 13,5 km.

Bellignies – La vallée du Marbre – 9 ou 11,5 km.

Bettignies – Le sentier du Moulin – 10 km.

Au départ de Frasnoy – Les Caches – 3, 5 ou 8 km.

Bavay – Le sentier des Sources – 4 km.

Locquignol, Forêt de Mormal – Le sentier des Nerviens – 4,5 km.

La Flamengrie – Circuit des Bornes frontières -7,5 km.

Les circuits de Sebourg – 6,5 ou 8 km.

Etc…

 

 



 Le Parc Naturel transfrontalier du Hainaut:

 

- Parc Naturel des Plaines de l'Escaut.  – www.plainesdelescaut.be

- Parc Naturel régional Scarpe-Escaut. – www.pnr-scarpe-escaut.fr

 

Fiches téléchargeables gratuitement.

 



GUSSIGNIES

Circuit de la Vallée du Marbre.

Gussignies 11,5

 



 SAINT WAAST LA VALLÉE (F)

(à 3 km de Bavay)

 

Promenade au pays de Moneuse (5 km – 1h30).

  

Le village construit dans la vallée de l'Hogneau était une station néolithique. Il formait autrefois une Seigneurie possédée jusqu'à la Révolution par la famille d'Yve.

L'église reconstruite en 1827, n'offre pas d'intérêt particulier.

 

Pays d'un bandit célèbre : Antoine-Joseph MONEUSE dit "Le chauffeur du Nord".Moneuse

 

  Ce bandit né à Saint Waast-la-Vallée, terrorisa toute la région de Bavay et du Borinage sous le Directoire et jusqu'à son arrestation en 1797. Il fut condamné à mort pour multiples assassinats et vols a main armée et fut exécuté à Douai, le 18 juin 1798.

Sur la route vers Bavay, une auberge, le "Relais de Moneuse", rappelle encore un pied-à-terre du bandit.

  

Départ:   Place de Saint Waast la Vallée.

  

Dos à la mairie, vous traversez la Nationale,

 

< A droite de l'église vous prenez le sentier qui monte vers la gauche.

 

< A la première intersection, partez à gauche et ignorez la ruelle du Curé sur votre droite.

 

Parcourez un chemin empierré qui mène vers une ancienne marbrerie qui fonctionna jusqu'à la dernière guerre. Les marbreries tiraient leur énergie de l'Hogneau.

  

L'eau fut la principale source d'énergie utilisée dans le Bavaisis jusqu'à la révolution industrielle et en assura sa prospérité et sa renommée.

L'Hogneau et ses affluents ont en effet fait tourner 21 moulins à farine, 17 scieries de marbre et de pierre, un moulin à huile (tordoir), trois platineries et forges à gros marteaux.

Pour cela, le torrent fut dompté par quelques murs et vannes jalonnant son cours.

Une vraie providence, pourtant dangereuse : le 8 juin 1898, une inondation ravagea la vallée, détruisant les marbreries, les brasseries… Un millier d'ouvriers fut mis au chômage et deux personnes trouvèrent la mort.

  

MoulineauLa vantellerie (ou vannellerie) qui barre le cours, permettait d'accumuler suffisamment d'eau pour alimenter le moulin en période de basses eaux (étiage). Les trous d'eau que vous apercevez sur votre droite sont d'anciennes carrières d'où la pierre était extraite. Une fois l'exploitation terminée, la nappe phréatique les a inondées.

 

  < Vous passez sous la voie rapide et plus loin vous montez vers la gauche jusqu'à la ferme de la Tour. (Vous avez ignoré le chemin privé devant vous qui menait au moulin de la Tour.)

  

> A droite après la ferme, vous abordez la Tour au bois.

   

Dans la région, cette Tour est un des rares vestiges de la fortification féodale vraisemblablement construite au XIIème siècle.

Elle servait à renforcer les frontières du Hainaut face aux Seigneurs d'Avesnes.

De forme rectangulaire, elle est bâtie sur une éminence, entourée d'eau, elle comprend trois étages superposés. Un pont-levis donnait un accès direct au troisième étage.

Les murs ont à la base une épaisseur de 1m50.

On y voit encore des salles ogivales bien conservées, munies d'âtres en briques.

Cette tour féodale fut sans doute l'un des repères du bandit Antoine Moneuse.

   

< Poursuivez votre chemin jusqu'au croisement suivant. (Alt. 123 m) Vous descendez vers la gauche en direction du lieu-dit "La Perche Rompue".

 

A 250 m avant le croisement avec la chaussée romaine Bavay-Tournai, vous avez longé la frontière belge bornée par deux des Soixante cinq bornes qui délimitent la commune de La Flamengrie. (Un circuit a parcourir lors d'une prochaine balade)

 

  < Au carrefour, virez à gauche en direction de Saint Waast. A votre gauche, un blockhaus.

  

Ce blockhaus, fut le témoin d'un carnage les 21 et 22 mai 1940. Ce fort était défendu par le commandant Pierre BALIF et son groupe de soldats, qui, devant l'attaque allemande, n'ont pas hésité à résister jusqu'à la mort. Geste héroïque, mais aucun d'entre-deux ne survécut à la riposte ennemie.

  

> Vous repassez sous la voie rapide et immédiatement à droite ne ratez pas le petit sentier bordé de haies, qui vous mène à la "Chapelle Décroué".

 

 <  Prenez à gauche sur la route Nationale et regagnez votre point de départ.

  

Sources : Syndicat Intercommunal de Tourisme de l'Ouest Avesnois.

"En flânant dans l'Avesnois"  Jean Mossay – 1993.

 

 


 LE QUESNOY (F)

Promenade des fortifications.

(2 boucles totalisant 3 km – 2h15)

 

La promenade proposée se déroulera tantôt sur les remparts, tantôt dans les fossés autour de la ville.

 

Historique :

 

VaubanPetite ville française de 5000 habitants, chef lieu de Canton regroupant 26 communes, Le Quesnoy est une ancienne place forte isolée dans la campagne. Elle a conservé son enceinte à la Vauban presque dans son intégralité, de ce fait elle est divisée en deux parties : l'intra-muros et l'extra-muros qui est plus récent.

La ville fut créée au 12ème siècle autour d'une résidence du Comte de Hainaut, elle est renforcée de 1533 à 1547 par Charles Quint. Prise par les Français en 1654, VAUBAN en fait une place forte régulière à huit bastions posés au milieu de vastes plans d'eau. Isolée dans la campagne, la cité demeure un témoignage de l'histoire militaire, tout en étant, dans son cadre de verdure et d'eau, un agréable endroit de séjour. Ces fortifications couvertes d'un épais manteau de végétation sont le prétexte à de magnifiques promenades.

 

Départ : Place Général Leclerc (Ancienne place d'armes), dirigez-vous vers l'église.

 

1ère boucle = 2km – 1h30 :

 

Emprunter le jardin sur la gauche de l'église et passer sous le beffroi.

> Prendre à droite, rue du Maréchal Joffre et se diriger jusqu'à l'Office de tourisme.

< Emprunter le sentier sur la gauche face à l'Office de tourisme avant la porte Fauroeulx. Suivre le sentier jusqu'à un mur avec des arcades et prendre l'escalier, parcourir les remparts sur le haut et redescendre.

> Tourner à droite, rue de la gare, emprunter le premier sentier à droite qui borde l'étang et longer les remparts du bastion impérial. Après un coude à droite, en cul de sac,

< Emprunter le tunnel à gauche, pavé de galets. Au bout, sortir, grimper l'escalier (prudence).

> Prendre le premier sentier à droite, au stop prendre à droite vers la porte Fauroeulx,

  

Les fortifications du Quesnoy en chiffres :

Le corps de place, qui compte huit bastions tous différents, a un développement de 3.450 mètres.

Une quinzaine de dehors (demi-lunes, contregardes, etc.) entourent le corps de place. Un seul a disparu (la demi-lune de la porte de Flamengrie).

L'ouvrage à cornes du Faubourg Fauroeulx unique en son genre mesure 1.270 mètres.

Sur les 4.000 mètres de chemin couvert qui entouraient la ville, 2.810 mètres subsistent. Ce qui est rare. La conservation d'un réduit de place d'armes est exceptionnelle.

  

< Après le passage sous la porte, juste avant l'Office de tourisme, emprunter le sentier vers la gauche.

< Grimper à gauche et suivre à droite le haut du bastion vert (prudence). Parcourir le bastion et aboutir derrière le kiosque à musique, place Tournefort. Traverser la place du même nom en croisant le kiosque à musique. Prendre à droite pour terminer la 1ère Boucle.

  

2ème boucle = 1km – 0h45 :

  

< Pour poursuivre par la promenade. Du kiosque à musique, descendre à gauche vers l'intérieur des remparts (fossés du Gard).

> Emprunter le chemin en gravillons sur votre droite sur 400 m environ.

> Un "passage" à droite vous invite à effectuer une visite du site du New Zeeland Forces Mémorial. (Ce bas relief commémore la reprise du Quesnoy par les Néo-zélandais le 4/11/1918).

 

Le Quesnoy, situé sur la route des invasions, a joué un rôle stratégique durant la guerre 1914-18, les Allemands occupèrent la ville d'août 1914 à novembre 1918. C'est seulement une semaine avant l'armistice que les néo-zélandais, après 18 jours de bombardement tentèrent l'assaut par surprise. Une unité infiltrée dans les fossés gravit à l'aide d'une échelle, comme au Moyen-Âge,  le mur d'escarpe du front ouest des remparts et se jeta dans la ville occupée en moins d'une heure.

  

> Face au monument des néo-zélandais, prendre à droite. Passer sous l'arche et suivre le sentier jusqu'à la porte du château Marguerite de Bourgogne qui rejoint la place Leclerc, votre point de départ.

   

Cette promenade vous a-t-elle séduit ?

D'autres circuits vous permettent de faire le tour complet des remparts. (15 km de sentiers balisés)

Pour en savoir plus : Office du Tourisme de Le Quesnoy, rue du Maréchal Joffre.

   


TAISNIERES SUR HON

 Le village de Taisnières sur Hon est situé dans le Bavaisis entre deux Chaussées Romaines issues de l'étoile routière de Bavay.

21Hon est l’autre nom de l'Hogneau qui arrose le Bavaisis. Cette rivière longue de 35,5 km, prend sa source à la Longueville jusqu'à la frontière belge. En Belgique elle change de nom et s'appelle "La Grande Honnelle". L'Hogneau et ses affluents ont fait tourner 21 moulins à farine, 17 scieries de marbre et de pierre, un moulin à huile (tordoir), trois platineries et forges à gros marteaux. Pour cela, la rivière fut domptée par quelques murs et vannes jalonnant son cours.

 

 

 

 La  Boucle entre les ruisseaux  (10 km)

Face à l'église, partez à gauche.

Descendez la rue Basse et empruntez la 1ère rue à gauche avant de virer sur le chemin à droite. Chemin interdit aux véhicules à moteur.

Franchissez la rivière l’Hogneau et poursuivez sur ce chemin. Vue sur les clochers de Taisnières-sur-Hon et Hon-Hergies.

 A l’intersection prenez à gauche et passez devant l’oratoire en pierre.

 Avant la ferme du Petit Chêne, dont on aperçoit le toit, partez à droite vers le blockhaus.

Arrivé à la RD84, traversez et effectuez un crochet gauche et droite. Vue sur le clocher d’Houdain lez Bavay.

 A l’intersection, prenez à gauche. Virez à droite sur le chemin de terre, longeant le ruisseau Raoult, qui devient par la suite un chemin herbeux.

 Au carrefour suivant, tournez à droite sur la petite route goudronnée traversant les bois Verdiau.

 Au carrefour, bifurquez à gauche en laissant la route principale. Au cédez le passage (RD 105), partez à gauche vers le pont des Bergers et avant celui-ci engagez vous sur le chemin enherbé, une ancienne voie ferrée.

 Au travers des bocages nous parcourrons quelques tronçons de la ligne de chemin de fer des Marbriers.21

 

Bettrechies > Bellignies > Houdain > Hon Hergies et Houdain > Bavay Annexe.

 A Bettrechies une voie normal exploitée parla Compagniede Bettrechies appelée ligne des Marbriers se détachait du réseau Nord,la Compagniede Bettrechies à Hon et Bavay (avec la bifurcation à Houdain vers Bavay Annexe) exploitée de 1895 à 1967 pour Hon Hergies et de 1895 à 1953 pour Bavay Annexe

 Passez devant le terrain de tennis. A l’extrémité du chemin laissez l’ancienne gare de Hon sur votre gauche pour tourner à droite vers l’église de Hon.

 Vous longez le quai de chargement d’une carrière, plus loin virez à gauche, l’église de Hon est devant vous.

 21

 

 

A l'emplacement de l'église du XVIIème siècle, l'arrière petit fils de Charlemagne, Lothaire, possédait au IXème siècle un palais.

 

 

 

 

 

 Virez à gauche, après le pont sur l’Hogneau, passez devant le moulin et immédiatement après partez vers la droite. Au bout de la rue, virez à droite dans la ruelle Lambinet longeant le ruisseau.

  Au bout du chemin qui se prolonge par une petite route macadamisée, mi-herbeuse effectuez un crochet droite et gauche surla RD 84.

 L’Eglise de Taisnières-sur-Hon et votre parking de départ sont au bout du chemin.

 


 


 

Posté par svlpn à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 novembre 2008

Curiosités

Angreau

 

Angreau_chevronnelle

Au détour du GR 129 J. A deux pas du "Caillou qui ....."

Biques sur les pentes de "La Chevronnelle"


 


Autreppe



 

Roisin_pontrouge

 

J'ai du bon tabac dans ma "tabatière" .... ?

 



La Forêt indivise de Stambruges

La Fontaine Bouillante

 

 

Stambruges_fontaine_bouillante

 

 

A la claire fontaine m'en allant promener, j'ai trouvé l'eau si chaude ...!


 


Chapelle de l'Arconpuits


 

stambruges_06

Drôle d'époque !   Il garde ses clous, elle perd ses briques.

Arconpuits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 Chapelle restaurée.

Le chêne a remplacé le robinier (faux acacia) qui a croulé sous les loques !

 


 


La Mer de sable

stambruges_01

Le réchauffement climatique ? La montée des eaux, j'attendrai toujours son retour..!

Une belle promenade en boucle sur : http://www.grsentiers.org/mersable.htm



BOUSSU

 

Lors d'une promenade, nous avons rencontré au "Moulin de Boussu" une "vieille Haine" sympathique et fructueuse.

Clos_du_Moulin_d_Haine


Après le pain, le vin... !

 



 

Les vannes écluses sur la Haine


 

Elles ont vu passer les "Querques" chargées de charbon du Borinage.


 

 

Boussu_Haine   


 

Boussu Haine

 

Thulin_D_bihan_

 

Débihan à Thulin 

 



BOUGNIES

Bougnies_le_By

 

 

 

 

 

 

 


Le By

Ils ont rectifié mon lit. Je n'en demandais pas tant !

 



 

No Comment !

Toutes_directionsTravaux

 

 

 

 

 


BLATON

Balisage_Bonne_Mort

 



 

Posté par svlpn à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 août 2008

Rendez-vous sur les sentiers.

 

RENDEZ-VOUS SUR LES SENTIERS

http://www.etopia.be/IMG/pdf/sentiers_web.pdf


 

Nos sentiers oubliés!
On parle beaucoup ces derniers temps de mobilité, de PICVerts (Plan d'Itinéraires Communaux Verts destinés à privilégier et à protéger les voies champêtres pour usagers non motorisés), de sauvegarde du réseau des voies lentes, réel patrimoine de la Région Wallonne, etc.…

 Les sentiers de Wasmuël
A l'examen de l'Atlas Cadastral Parcellaire par P.-C. POPP. (Entre 1842 et 1879), on peut constater que le village de Wasmuël était traversé par quelques sentiers. Avec le développement démographique et l'arrivée des nouveaux moyens de locomotion, ces sentes ont été percées et transformées en rues. En voici le détail :

- Sentier de Saint Ghislain > Devenu un cul de sac suite à l'extension de la formation SNCB de Saint Ghislain. (faisceau de réception)
- Sentier du Buisson brûlé. > Elargi, il devient rue Hennekinne.
- Sentier du Cambris. > Il devient rue de l'Enseignement – Construction de la Cité Scolaire en 1937. Inaugurée en 1938.
- Chemin de la sablonnière prolongé par le sentier d'Hornu (Champ du Sablon), carrière de sable.  >  Devient rue sablonnière. (construction de la Cité Evrard Doyen.1964)
- Sentier du Cambris. > Il devient rue de l'Enseignement – Construction de la Cité Scolaire en 1937. Inaugurée en 1938.
Ruelle Ignace. > Elargie, elle devient rue Ferrer.
- Sentier de l'argilière. > Il est déplacé et devient Allée de l'argilière dans le Clos Wasmuëllois.

Toujours praticable aujourd'hui:

- Sentier du commissaire vers Hornu. > Devenu Sentier du Pied Vert, il est détourné vers la route de Mons pour la construction de la ligne de chemin de fer n° 98C (ex102) Frameries – Saint Ghislain.

- Le sentier de Pachi Brochété. (Au coin de la ferme Dupont au chemin du Tour)

Sentier de liaison avec le centre de Quaregnon. D'une longueur de plus ou moins 350 m, ce sentier longe l'enclos d'une ferme rue du Tour n° 27. Il passe entre les prairies (pachis) pour rejoindre le ruisseau "Elwasmes".

 

Wasmuël_sentier_07_24-9-2009

Pourquoi sauvegarder un sentier ?
Voici quelques raisons pour s'opposer à la suppression d'un sentier : l'utilisation du sentier comme raccourci pour piétons et cyclistes, l'intégration du sentier dans un itinéraire de randonnée ou dans le maillage avec d'autres voies permettant le trafic lent entre deux communes ou hameaux, l'utilité "sociale" du sentier en matière de sport (jogging, vtt…) ou promenade, la sécurité des enfants auxquels le sentier permet d'éviter une autre voie plus fréquentée, la valeur pittoresque ou historique de l'itinéraire, etc.

"Sauvegarde des voies lentes et du patrimoine naturel"
Pierle


La voirie vicinale

La loi de 1841 sur les chemins vicinaux déroge au droit commun en n’accordant qu’une imprescriptibilité relative aux chemins et sentiers. La protection et le développement de la petite voirie méritent de voir la mise en application d’une imprescriptibilité inconditionnelle.

 

Le nouveau décret est vôté.

http://www.sentiers.be/2014/02/05/un-nouveau-decret-pour-les-voiries-communales/


  


 

PLAN ESCARGOT

Escargot

http://www.wallonie.be/fr/actualites/archives-des-actualites/plan-escargot-ameliorer-la-mobilite-et-diminuer-les-vitesses-dans-nos-communes.html

 

 


 

 

11 août 2008

Les marais de la Haine

La Haine

60 kilomètres de long ... Prenant sa source sur le Plateau d'Anderlues entre Binche et Charleroi, cet affluent de l'Escaut a donné son nom au Hainaut.

Autrefois, elle déployait ses méandres au sein de vastes prés marécageux régulièrement inondés. Aujourd'hui, si son lit est rectifié et canalisé, son bassin regorge encore de sites naturels remarquables qui ont échappé à l'assèchement et au remblaiement.

Quatre réserves et sites naturels entre Quaregnon et Hensies accueillent une flore et une faune exceptionnelles :
La Forêt Domaniale du Bois d'Hainin.
La Réserve des Marionville.
Les Marais d'Harchies-Hensies-Pommeroeul.
La Réserve des Prés de Grand Rieu.

Des écrins de nature préservés qui présentent une remarquable variété de biotopes favorables à une foule d'espèces animales et végétales, certaines très communes, d'autres devenues rares.
Quelques chiffres suffisent à prouver leurs intérêts considérable : 235 espèces d'oiseaux y ont été observées et 91 d'entre elles ont au moins niché une fois. Parmi celle-ci, la Gorgebleue à miroir blanc, fierté locale.

Pour information complémentaire, CRIE d'Harchies 5 Chemin des Préaux, 7321 Harchies.
Découvrez aussi les photographies  d'Hervé Stiévenart :
http://www.photos-stievenart.com

La réserve naturelle des Marionville

Marionville_lahaine

Champs cultivés et prés d'élevage à l'origine, les "Marionville" subirent dès 1958 des affaissements miniers qui, ajoutés aux affaissements naturels de la vallée de la Haine depuis des millions d'années, noyèrent près de 80 hectares en quelques années, bouleversant ainsi le paysage local.
La réserve, d'une superficie d'environ 50 hectares, se situe sur les communes de Quaregnon, Saint Ghislain, Baudour. Celle-ci est constituée d'un vaste étang, limité çà et là de zones marécageuses, ainsi que de remblais et anciennes assiettes de chemin de fer.
Depuis deux affûts au bord du grand étang, vous pouvez observer parmi les roselières beaucoup d'oiseaux devenus très rares en Belgique et même en Europe.

Pour y accéder : Parking de la réserve, rue Olivier Lhoir à Tertre.
Sources : MPPE Quaregnon – CRIE - Natagora.

 

Marionville_02

Marionville_01

 

 

 



Posté par svlpn à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 août 2008

Circuits Communaux

Il est parfois bon de rester sur les sentiers battus et profiter de circuits bien balisés

 


QUAREGNON

7 promenades balisées dans l'entité.

http://www.quaregnon.be/index.php?option=com_content&task=view&id=177

 


 


 

 

 WASMES (COLFONTAINE)

Circuit balisé 'jaune"sur "Les traces de Vincent Van Gogh".

 

Place St Pierre_Van Gogh

Jaune

http://vangoghborinage.canalblog.com/archives/2012/03/19/23028565.html


BOUSSU 

 

Boussu 10 km 0

 

Boussu 10km 2

 

Boussu 10km 3

 

Boussu 10km 4

 ATTENTION! Circuit modifié, une section souvent impraticable, pour l'éviter: Après le terril 7-8, passer le Rondpoint et monter avant le Pont sur le RAVeL L 98.


QUIEVRAIN

Le sentier de la Capelette

Une petite balade de 3 km sur un sentier réhabilité par le PCDN de Quiévrain et sur une section du RAVeL L 98.

Départ place de la gare SNCB.

Quiévrain_Capelette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quiévrain_gare

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



BERNISSART

Sur les traces du Diamant Noir

Un circuit pédestre de 9 km700, créé par le Parc Naturel des Plaines de l'Escaut, est jalonné de 7 panneaux didactiques expliquant l'évolution de l'exploitation du charbon dans la région.

Départ du Musée de l'Iguanodon à Bernissart. (Sur le terrain, suivez le balisage blanc et rouge des GR.)

Rue des Iguanodons à Bernissart. Ruines de l'ancienne "machine à feu".Pompe_feu
Le plus ancien bâtiment minier de Belgique et probablement le seul de ce type encore existant dans les bassins charbonniers belges et français, sinon européens.
La "machine à feu" fut construite en 1781, à l'initiative du duc de Croÿ, pour abriter une "machine de Newcomen", sans laquelle la révolution industrielle n'aurait pu avoir lieu. En effet, cette "pompe à feu" était utilisée pour vaincre les venues d'eau qui limitaient l'extraction des ressources souterraines, non seulement dans les charbonnages, mais aussi dans les ardoisières et les carrières.

Une fiche randonnée est disponible sur le site de la Maison du Tourisme du Tournaisis (www.tournaisis.be).  Des promenades commentées sont également mises sur pied. Renseignements : Office du Tourisme de l’Entité de Bernissart – www.bernissart.be)

 



 

BOUSSU

La commune de Boussu, en collaboration avec le Centre Culturel de Boussu et la Ligue Centrale de l'Enseignement, a balisé 3 circuits de marche sur son territoire.

Départ de l'Esplanade du Grand-Hornu.

Circuit 1 : 8 km   - Type familial

Circuit 2 : 14 km - Type marcheur de base

Circuit 3 : 19 km - Type marcheur confirmé

Renseignements : Service Sports et Communication de Boussu

communication@boussu.be

 



 Jemappes (Mons)

 

Le parc communal   

 

Accès : Depuis la N 51 à Quaregnon prendre la N 545 Chaussée de l'Espérance en direction de Ghlin, après le viaduc au dessus de l'autoroute Paris Bruxelles virer à droite rue du Château Guillauchain jusqu'à l'entrée du parc.

  Un parc pour les amoureux de la nature. Le paradis des promenades en famille.

 

Un parc, une histoire...

 

 

Vers 1785, M. Fontaine, un grand financier de la ville de Mons fit bâtir une seconde résidence appellée "Villa Fontaine".

 Les plans de la résidence sont dessinés et le parc prend les allures d'un magnifique jardin grâce au concours du comte du Val de Beaulieu, page de Napoléon 1er et horticulteur averti.

 M. Fontaine s'installe dans son domaine en 1787 et l'offre trois ans plus tard, à son fils en cadeau de mariage.

La propriété passe ensuite aux familles des comtes Guillochain.

 

En 1917, les troupes allemandes saccagent le domaine et le château est incendié.

 

En 1919, la commune de Jemappes décide d'acheter ce qu'il reste du château et le parc, soit un patrimoine de douze hectares.

 

C'est en 1923 que les travaux de reconstruction du bâtiment actuel démarrent. Les architectes ont néanmoins gardé quelques traces de l'ancien domaine :

Une chapelle de style néogothique (1869) dédiée à la mémoire du comte Guillochain,

Un belvédère construit au dessus d'une glacière.

(Maintenant les frigos ont résolu le problème de la conservation d’aliments frais pendant les mois chauds de l’été. Autrefois chaque château, chaque ville possédait une glacière. La conservation de la glace naturelle était une pratique universellement répandue. Chaque année, en hiver, les cognées faisaient crier l’épaisse couche de glace qui recouvrait les étangs.)

 

Lors des origines du domaine, les étangs étaient alimentés par la Haine. Maintenant c'est la station de pompage de Cuesmes qui alimente ses points d'eau qui font la joie des pêcheurs.

 Jemappes_RoseraieC'est à partir de 1958 que le paysage du parc change.

On érige le théâtre de verdure et on dresse un pont surplombant le grand étang. Le café "La Roseraie" est ouvert en 1959.

Avec les années, le parc communal évolue. Déjà très agréable avec des arbres plus que bicentenaire, on y crée en 1996 "l'arboretum Edgard Hismans" sur six hectares. Une réserve qui regroupe 345 essences différentes divisées par groupe. Elles viennent de Belgique, d'Europe centrale et boréale, du bassin méditerranéen, d'Afrique du nord, d'Asie et du continent américain.

 

 

Ce parc mérite le détour, quelle que soit la saison il ne manque pas d'attrait. L'automne a ses charmes et offre des couleurs fantastiques. Au printemps l'éveil de la nature est une chose merveilleuse.

 

Bonne promenade.

 

 

 



 C'est à pied qu'on pénètre le mieux l'âme d'une région!

 FRAMERIES

 Promenades touristiques des sentiers communaux.

 

 

Plusieurs circuits balisés parcourant l'entité de Frameries permettent d'en découvrir les principaux monuments.

Un plan présente les trois lieux de départs ainsi que les nombreux itinéraires possibles.

Il est disponible dans les locaux du Parc Naturel des Hauts Pays ou à l'administration communale de Frameries.

Départs possibles depuis Noirchain, Eugies ou Sars-la-Bruyère.

 

Informations : Jocelyne Demoustier - demoustierjo@skynet.be

 

NOIRCHAIN

 

100_0669



 Sentiers et ruelles de COLFONTAINE.

  

Le Centre Culturel de Colfontaine vous invite sur ses sentiers balisés :

 

- Terrils et ruelles de Colfontaine - 14,2 km. (Voir GR 412 rubrique "Voies Lentes")

- Sentiers, ruelles et rues parmi les plus typiques de Colfontaine - 5 km.

- Promenade champêtre - 10 km.

 

CCColfontaine

 

Départ du Carré Communal Yvon Biefnot, rue du Pont d'Arcole à Wasmes.

 

Informations au Centre Culturel de Colfontaine. 065 88 74 88

 



 HONNELLES

  

Le "Caillou qui bique" est comme une verte émeraude qui se détache de cette gangue brunâtre qu'est le Borinage. C'est devenu une des promenades favorites des Borains les dimanches et jours fériés.

(Un mineur vous parle) -  Constant Malva.

 

ROISIN

 Le circuit du vignoble

un circuit balisé de longueur variable (5 km - 7,500 km ou 10 km)

Vous découvrirez les endroits les plus remarquables du village de Roisin et de ses environs.

Roisin_circuit_vignoble

 

Départ de la place de Roisin.

 

Roisin Parcours040

 

Informations: Administration Communale de Honnelles. - www.honnelles.be

 


ANGREAU - CAILLOU QUI BIQUE 

Caillou-7,5km 01

Caillou-7,5km 02

Attention le balisage n'est pas encore balisé !



 SARS -LA-BRUYERE      

 

Bouche_feu

 

Le circuit des bouches à feu.

 

Départ de Sars-la-Bruyère à côté de l'école communale.

Une promenade transfrontalière de 12 km aux alentours de certains endroits marquants de la bataille de Malplaquet. Sur ce trajet vous croiserez le circuit "Malbrouck".

 

Nous vous conseillons de vous munir des plans pour ces balades.

 

Le circuit :

 

Bouches___feu__Recto_

 

Bouches___feu__Verso_ 

 

Informations : Jocelyne Demoustier (voir ci-dessus) ou Arthur Barbera - Musée du 11 septembre 1709 Bavay (Fr) - http://www.malplaquet1709.ifrance.com

Le livre. 

 



 BOUGNIES

LE CIRCUIT LOUIS PIÉRARD (6 KM 500)

  

Ce circuit concerne, la commune de Quévy et son célèbre personnage :

 

Asquillies_LLouis Piérard (1886-1951).

Citoyen du Monde

Député Bourgmestre de bOUGNIES (1931 à 1951)

 

 

 

 

 

 

Traversées de villages pittoresques, balade en pleine campagne, découverte de paysages insoupçonnés…

 

Ce circuit « Louis Piérard », d’environ 6km500, vous garantira un bon bol d’air ! Vous passerez également devant la maison où a vécu Louis Piérard ainsi que non loin du site du théâtre de verdure et de la première auberge de jeunesse de Belgique, tous

deux créés sous l’impulsion de Louis Piérard.

 

Cette promenade entièrement balisée s’effectue au départ de l’école de Bougnies (rue Louis Piérard).

 

Bougnies_pano

 

Panorama sur Noirchain

 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter la commune de

Quévy au 065/58 64 40 ou le Parc Naturel des Hauts-Pays au 065/46 09 38.

 

 



 Le Bois de Baudour

 Commune de Saint Ghislain.

 

Accès: Baudour, Place de la Résistance et Chemin du LONG  BOULE.

 Trois circuits promenades balisés :

n°1- 5 km,           n°2 – 10 km,          n°3 – 20 km.

 

Baudour_bois_balisage_entr_e

 Baudour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bois est traversé par 20 km de voiries, dont 16 accessibles au public et 8 aux cavaliers ainsi que 3 aires d'accueil.

  

Situé sur le versant nord du bassin de la Haine, le Bois de Baudour appartient à un vaste massif forestier s'étendant de Ghlin jusqu'à Villerot.

Superficie : 614 ha   91 ares 70 ca.

 Propriété de la famille princière de Ligne depuis le 17ème siècle.

Dès 1949, les pouvoirs publics se mobilisent. Le Cpas de Mons avait fait l'acquisition de 420 ha, situés dans la partie septentrionale du bois. En 1991, la Région wallonne, la Province de Hainaut, la ville de Saint Ghislain et l'Intercommunale IDEA s'associent et deviennent à leur tour propriétaires de 615 ha de bois indivis.

 



 QUAREGNON

Quatre promenades commentées qui raviront marcheurs confirmés et flâneurs occasionnels.

- La Faïencerie et la gare de Monsville : 5 km 670 (1h30)

L98c_Monsville_04

 

 

 

 

- Le Rivage - Wasmuël : 6 km (+ 1h45)

Rivage_Cosmo_

 

 

 

 

- La place de Wasmuël - La Grand Place - N °5 -La Noire Bouteille : 5k 900 (1h15) h.)

Promenade n°5

 

- Les Terrils : (La plus longue et la plus ardue 9 km 650)

Terril_croix

 

 

 

Les promenades détaillées sont disponibles au Champ Pagnon, Grand place 7.

Ouvert en semaine et le samedi matin de 10 h à 12 h. - Infos : 065 468 661.

 Les Parcours : http://www.quaregnon.be/index.php?option=com_content&task=view&id=177   

 



SAINT GHISLAIN

3 promenades dans la campagne St Ghislainoise :

 

Hautrage_chapelles

 

 

http://www.sisg.be/visites/promenades/

 

 

 



 

 JURBISE une entité Verte.

11 parcours promenades permanets et balisés pour vous permettre de découvrir son territoire.(+/- 10 km)

Ci dessous un 1er parcours de 10,6 km (balisage bleu) au départ de ma Maison Communale.

Jurbise_00

 

 

Jurbise_01

 

 

 

 

1 parcours longue distance (53 km) autour de l'entité.

2 départs pour le Parc Pairi Daiza (ex Paradisio)

Infos: J.C. DELAUNOIS.

 0476/90 95 95

E-mail: martinechevalier@hotmail.be



 DOUR

  

3 ruisseaux_00

3 ruisseaux_01

 


 

circuit biodiversité


 

 

Posté par svlpn à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 juillet 2008

Liste moins de 5 km

La promenade permet de jouir de son environnement.

A la rencontre des paysages, des villages et des hommes, la marche est un moment privilégié de calme et de ressourcement vécu au rythme de chacun.



 Munissez-vous d'un plan ou d'une carte détaillée du lieu à parcourir.

 

Pour une 1ère mise en jambes, découvrez le circuit de la "Noire Bouteille" à Quaregnon. (plan sur le www.mppe.be)

 

  



 WASMES

(COLFONTAINE)

DETENTE - NATURE - HISTOIRE

 Départ de la place de Wasmes pour environ 4,5 km.

 Dans la rue de Montleville, à droite dela Maison Communale,

> Vous montez immédiatement à droite la ruelle Grégoirequi débouche après quelques paliers dans la rue Lloyd Georgesau Cambri.

< Prenez à gauche en direction de la chaussée de la cour.

 Arrivé sur cette chaussée, vous trouvez devant vous un terril boisé.

6_ H et W_01

 

 Les terrils sont les vestiges de l'activité charbonnière surtout intense au 19ème siècle et au début du 20ème siècle.

 Ils sont formés par l'accumulation des déchets résultant de l'extraction de la houille.

 La texture du terril est composée de matériaux meubles, schistes friables, grès carbonifères, débris charbonneux.

 Le terril forme un véritable écosystème, un milieu de vie bien particulier qui évolue.

 

 

 Si votre condition physique le permet, vous pouvez gravir les marches du parcours aménagé (600m) sur le terril du charbonnage n°6 d'Hornu et Wasmes et descendre à l'opposé sur l'ancienne ligne de chemin de fer que vous suivrez vers la droite jusqu'au Passage à Niveau cité plus loin (*).

  Le terril du charbonnage n°6 d'Hornu et Wasmes: superficie6,34 ha, Volume1 640 000 m3, Hauteur66 m, Altitude au sommet116 m. Au sommet de ce terril subsiste une partie de l'appareillage de déversement (culbuteur) des wagonnets de schistes et de grès en provenance du fond de la fosse toute proche. (Vue imprenable sur l'entité et la vallée de la Haine)

  Si vous préférez une balade moins sportive, ^ vous empruntez le chemin tracé entre la base du terril et le terrain de football, il vous amène à la rue du Pont D'Arcole.

  Arcole: Commune d'Italie. Province de Vérone. Victoire de Bonaparte sur les Autrichiens en 1796. Au pont d'Arcole, le jeune Général Bonaparte, saisissant un drapeau, prend la tête de ses soldats, qu'il encourage à emporter une place difficile.

  < Partez vers la gauche, vous passez devant le siège du charbonnage précité.

HW_6_00

 

 

 

 

 

 

 

  L98_Wasmes_sentier_St_ghislain

 

 < Au carrefour, quart de tour à gauche, après quelques maisons, un chemin de terre vous amène au niveau du Passage à Niveau (*) de l’ancienne ligne 98, traversez ce RAVeL, à droite un terril en exploitation, vous suivez le balisage blanc et rouge du sentier de Grande Randonnée 412.

Balisages_gr 

 

 

 

 

Virages à droite < et ensuite à gauche et le sentier de Saint-Ghislain longe maintenant un autre terril, celui du charbonnage de Marcasse dont vous allez bientôt découvrir les ruines en voie de réhabilitation.

 Charbonnage de Marcasse: Escouffiaux n° 7 de Hornu et Wasmes. St-Antoine.

 

En janvier 1879, Vincent Van Gogh arrive à Wasmes pour six mois comme aide prédicateur. Il va descendre dans la mine de Marcasse, s'entretenir  souvent avec les mineurs, se dévouer pour les malades, les blessés et réaliser ses premiers croquis.

 Le13 janvier 1953, un coup de grisou fait 24 morts.

 Wasmes_Marcasse_02

 

< 100 m. plus loin, prenez à gauche le chemin de messe, il descend lentement vers le centre de Wasmes. Admirez le panorama.

> La première à droite, rue de la cité, vous conduira à la rue Wilson que vous traversez pour entrer dans la ruelle du Tripan. Celle-ci longe le terril du Pachy.

(Encore un terril ! celui de l’Escouffiaux n° 8 d'Hornu et Wasmes)

                                                                                                                                              

 

Court_03

 

 La Courte à Wasmes: Ferme ancienne dépendant de l'Abbaye de St-Ghislain, des documents de 1403 en témoignent. Elle fut remaniée en 1771. Tour Colombier de 1500 niches.

 La nuit du 5 au 6 novembre 1792, veille de la bataille de Jemmapes, le Général DUMOURIEZ et son état-major logèrent à la courte. De cette hauteur, il put examiner tout le terrain. C'est là qu'il aurait conçut son plan de bataille?

Poursuivez votre promenade en descendant la rue Wilson.

 

Dès le passage sous le pont vous retrouvez votre point de départ.

 Avant de quitter Wasmes, ne manquez pas de visiter l'Eglise NOTRE DAME rénovée après un incendie en février 1986.

 

 Bonne promenade

 PIERLE

 PS : Certains tronçons sont balisés blanc et rouge. Voir "la chaîne des terrils": Boucle des ruelles de Colfontaine, itinéraire à travers les ruelles, terrils, bois et vallons de Colfontaine, Dour, Boussu et Quaregnon (20 km).

 Topo-guide   –  GR 412-0uest  –  n°334.  www.grsentiers.org



 BAUDOUR,  SA PRINCESSE... SON BOIS.... SES SOURCES...

 

Une promenade d'environ 4 km / 1h30

La Petite histoire : Baudour, un village de l'entité de Saint-Ghislain depuis la fusion. Etymologiquement "La Colline où l'on danse".

Superficie : 2359 ha dont les ¾ de bois au nord sont les vestiges de la forêt charbonnière. Exploitation de terres plastiques et de sables. (Porcelaine et produits réfractaires)

DEPART de la place au pied de l'église Saint Géry

 

Eglise Saint-Géry: L'Eglise gothique du XVIè siècle et son porche monumental (en pierre de Grandglise), mérite une visite détaillées.

  

Laissez derrière vous cette église et descendez la rue du Parc.

< Passez la rue Pêtre et entrez dans le Parc Communal sur votre gauche.

Ch_teau1Ce parc fut autrefois la propriété de la Famille de LIGNE.

En 1770, le Prince Charles Joseph de LIGNE y fit construire un château somptueux à l'emplacement d'un pavillon de chasse des  Comtes de Hainaut.

Au moment du rachat du domaine par l'administration communale de Baudour en 1949, il ne restait qu'une aile du château du XVIIIème, Aujourd'hui, du parc princier il ne subsiste que les anciennes écuries du château à l'ombre d'un magnifique hêtre pourpre vieux de plus de trois cents ans. (Maintenant la Maison de la Citoyenneté). 

< Vous longez quelques classes de l'école communale et sortez du parc par l'issue donnant vers la place de la Résistance. Passez devant la gendarmerie.

Près de l'ancienne Maison Communale, à l'angle de l'Avenue Goblet, vous traversez et montez la rue des Postes en direction du cimetière.

> Entrez dans le cimetière, empruntez l'allée de gauche et bientôt vous découvrirez le Tombeau de SAR La Princesse de LIGNE (copie du tombeau de Napoléon 1er).

Baudour_princesse_02

La Princesse de LIGNE Elisabeth Françoise Marie de la ROCHEFOUCAULD (1865-1946)était l'épouse  de Louis, 9ème Prince de LIGNE (1854-1918).                                    

> Dès que vous sortez du cimetière, prenez immédiatement à droite l'allée de la Princesse. Ce sentier contourne la sépulture que vous venez de découvrir et débouche sur le chemin du long boule.

< Vers la gauche vous longez "La Charbonnière" (Quartier résidentiel) jusqu'à l'orée du bois.

Baudour

> Dès que vous pénétrez dans le bois, vous prenez l'allée qui part vers la droite.

C'est dans la parcelle de bois sur votre gauche que fut construit un charbonnage particulier pour la région (sans châssis à molettes?)

En 1899, la S.A. du Charbonnage de Baudour veut entreprendre l'exploitation du gisement houiller dit du "Comble Nord" en creusant à partir de la surface, non pas verticalement mais bien en plan incliné, deux galeries à grande section dans le bois de Baudour.

L'acte d'achat, à la famille de Ligne, des terrains nécessaires aux accès, puits et bâtiments, est signé le 7 mai 1901 et confère à cette société la propriété d'exploitation d'une contenance de 39 hectares.

L'idée originale, de creuser des "tunnels inclinés" à Baudour, provient de la structure géologique profonde : les terrains improductifs à la houille du tertiaire, du crétacé et du Wealdien (appelés aussi morts-terrains par les mineurs), réputés très aquifères ! , recouvrent les schistes et les grès du houiller renfermant le précieux charbon.

Le 1/11/1905 un coup d'eau se produit au fond d'un des deux tunnels à 929m de l'entrée soit 341m à la verticale.

Cette venue d'eau était en réalité une source d'eau chaude à 51° .

La Princesse de Ligne fit exploiter cette source qui avait des propriétés thermales particulières. Elle créa au château un centre de thermalisme et d'hydrothérapie qui s'appela "RADIO INSTITUT". Il était alimenté par cette source baptisée "Source Elisabeth".

Bibliographie: R. Marlière "Les eaux chaudes de Baudour (Hainaut) et les tunnels inclinés", 1976. Mém. et Publ. Soc. Sciences, Arts et lettres du Hainaut, Tome 87.

Baudour

Au bout de cette allée, à environ 750m, vous laissez sur votre droite le pont qui enjambe une ancienne ligne de chemin de fer.

La ligne 90 A : Jurbise, Saint Ghislain, Dour, Roisin, Bavay, Cambrai. (Détails dans la " Saga Gares" de Jean Delplan et Eric Cornu.)

< Vous partez à gauche pour parcourir la même distance jusqu'au croisement suivant.

< Vous prenez de nouveau à gauche deux fois de suite, le chemin du long boule vous reconduit à l'orée du bois de départ.

> A la sortie du bois dirigez-vous immédiatement à droite vers "La Charbonnière". Vous apercevrez bientôt l'ancien bâtiment des "Sources Minérales de Baudour".

La Société "Les Sources minérales de Baudour" embouteillait et commercialisait les eaux provenant d'une  source ferrugineuse appelée "Rouge Fontaine". Source découverte dans le bois en 1779.

Au début du siècle, ces eaux étaient déjà amenées et utilisées à des fins thérapeutiques au château pour le "RADIO-INSTITUT" précité.

Bibliographie: Baudour, Vie de château et démocratie. André Auquier.

Laissez le bâtiment des sources dans votre dos et descendez la rue de la source.

> Plus bas, à droite dans la rue des Postes, quelques marches bétonnées d'un sentier descendent vers la gauche. Le ruisseau de la Gronde est sous vos pieds.

< Vous débouchez dans la rue de la Jouargerie, elle vous reconduit au pied de l'église à votre point de départ.

Cette promenade vous a plu ?

Au départ de la place de la place de la Résistance. Trois autres circuits balisés de 5, 10 et 20km.

Pour en savoir plus contactez le syndicat d'Initiative Saint-Ghislainois, 27 Place des Combattants, 7330 Saint- Ghislain.

Bonne promenade

 



  FAYT LE FRANC

 Promenade de la liberté  (+ 3 Km)

 

Parcours empruntant une boucle du GR 129 J - Balisage "Blanc et rouge".

http://www:grsentiers.org

 

Départ de la place de Fayt le Franc, au pied  de l'arbre de la Liberté.

 

L'Arbre de la Liberté : le tilleul sur la place aurait été planté par le Général Dumouriez lui-même après la Bataille de Jemappes de 1792 !

 

L’église est dédiée à saint Nicolas. À l’extérieur, adossé au mur sud, la pierre tombale d’Antoine Richard, soldat de Napoléon Ier.

 

> Au-delà de l’église, à droite dans la rue Curé Monfenez. L’itinéraire blanc et rouge la quitte bien vite.

 

< Il s’engage, à gauche, dans un sentier qui traverse la Petite Honnelle.

Il rejoint l'Avenue du Haut-Pays, < suivie à gauche sur une vingtaine de mètres.

 

On quitte alors le béton : > quart de tour à droite : un sentier revêtu mène à une ruelle pavée (rue Croquet), < suivie vers la gauche. Elle prend bientôt une allure rustique, s’incurve à droite et traverse un lopin de campagne. Passé le ruisseau de Fonteni, < elle s’élève doucement vers la rue Grand Coron que le randonneur emprunte vers la gauche en direction de la ferme de Rampemont.

(On abandonne ici le GR balisé qui prend la direction d'Athis)

 

< Négliger sur la droite la rue du Sart et cent vingt mètres plus loin on retrouve le GR que l'on suit à gauche sur un chemin rustique.

 

Marche_sur_Rampemont

 

Hors GR à 400 m en face, le château ferme de Rampemont se dresse à l’emplacement de l’ancien château fort des seigneurs de Fayt. Les bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles s’organisent autour d’une vaste cour carrée où l’on accède par un très beau châtelet d’entrée, constitué de deux tours carrées jumelles.

 

Le promeneur franchit la Petite Honnelle, dépasse le site de l’ancien moulin de Fayt et s’élève doucement en côtoyant le ruisseau.

 

La rue du Moulin débouche de nouveau sur  l'Avenue du Haut-Pays. On y opère un > droite < gauche pour enfiler un joli sentier qui se glisse dans un tunnel végétal, entre les jardins. À un T, < on vire à gauche dans un autre sentier qui va déboucher au point de départ sur la  place du Fayt.          

 

Bonne promenade

 

 



 

SARS   LA   BRUYERE

(Entité de Frameries)

  Traversé par l'antique voie romaine reliant Bavay à Utrecht, le village de Sars la Bruyère se découvre par une balade à travers les témoins architecturaux et paysagers de son passé rural.

   

Départ de la place communale pour environ 3 km.

   

Sur cette place, trois bâtiments existant toujours étaient respectivement : un pensionnat, le presbytère et l'école paroissiale.

  

Dirigez-vous vers l'église Saint-Jean Baptiste qui mérite toute votre attention.

 

 

Elle date du XIIIème siècle. Restaurée plusieurs fois et surtout après la bataille de Malplaquet de 1709 durant laquelle elle fut partiellement détruite par les boulets français.

Elle est construite près d'un champ "Parhasard" où selon la légende, on découvrit  une statue de vierge. L'eau coulait d'une source voisine, rapidement la statue et l'eau de la source furent considérées comme miraculeuses. Notre Dame de Sars est surtout invoquée pour les enfants qui ont des difficultés à marcher.

 

Le bâtiment octogonal jouxtant l'église a été érigé au XVIIème siècle par les Seigneurs de Sars. Cette chapelle Seigneuriale devint la sacristie.

Le vieux cimetière fut supprimé en 1900 mais six caveaux subsistent encore.

  

Devant l'entrée de l'église, prenez le sentier qui part en direction du hameau du Planty.    

  

Planty, plantin, plantis, indiquent des territoires réservés à la plantation de jeunes arbres.

  

< Au premier croisement, partez à gauche sur le sentier qui longe une ancienne voie vicinale, passez le ruisseau, vous arriverez dans la rue de la chaussée.

  

< Longez cette chaussée (romaine) vers la gauche.

  

500m plus loin à droite, la ferme du Coury.

  

La ferme du Coury : Beaucoup y voient une ancienne dépendance du Temple, il ne faut pas oublier que Sars appartenait en grande partie à l'Ordre des Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem.

Après la dissolution de l'Ordre, tous ses biens furent confiés à la commanderie des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.

Après l'invasion française de 1792, les biens furent déclarés "biens noirs" et vendus aux enchères.

  

< A hauteur de la dite ferme, obliquez légèrement à gauche, vous apercevrez bientôt les douves de la poterie du donjon.

  

Le château de Sars fut au Moyen-Âge le siège d'une vieille seigneurie qui devint marquisat en 1689.

Le donjon de Sars est un des plus vieux monuments fortifiés du Hainaut ancien, il daterait du XIIème siècle. En 1832, le donjon et le château devinrent la propriété de la famille Delcourte qui créa une brasserie dans les dépendances.

En 1914, le Chanoine Puissant devint propriétaire et eut l'idée d'y installer une poterie. Le Porche du XVIIème siècle permettant l'entrée du domaine est précédé d'un pont.

  

> Laissez le pont-levis derrière vous. Après quelques villas sur la droite vous pénétrez dans la "Drève". (Un tronçon du sentier de grande randonnée GR 129 J de Sebourg à Givry.)

  

La Drève, bordée de dizaines de mélèzes, est un chemin privé (promenade autorisée) qui mène à l'arrière du parc du château de la Roche.

Le château de la Roche : En 1707, Vincent de la Roche, avocat à Mons au conseil souverain du Hainaut reçut en arrentement perpétuel, une partie du domaine de la Haye dont il acquit plus tard l'entièreté. Un de ses descendants devint Chevalier par lettres patentes du Roi Léopold Ier  en 1847.

Eudolie de la Roche épouse Edmond de Knyff de Gontreuil, leur fille devint l'héritière du domaine. Elle avait épousé le Comte Léon d'Hendecourt (1843-1889), grand-père du Comte Edwars d'Hendecourt de Pont de l'Arche.

Le château et le parc forment un ensemble d'une beauté paisible.

  

< Longez le mur d'enceinte du parc vers la gauche, il vous amène dans la rue de Le Haye.

   

< De nouveau à gauche, vous revenez par un sentier qui vire à droite vers le point de départ dans le centre du village.

  

Vous avez bouclé ainsi une partie des nombreuses promenades du réseau de sentiers particulièrement dense sillonnant Sars la Bruyère.                           

  

Cette promenade vous a-t-elle séduit ?

D'autres circuits balisés vous permettent de découvrir l'entité de Frameries.

 

Demandez la carte des promenades touristiques au Syndicat d'Initiative de cette commune et les cartes NATURA 2000 au Parc Naturel des Hauts Pays.

 

Bonne promenade

 

Pour découvrir Sars La Bruyère consultez www.sars-la-bruyere.net

 

 



 MONTIGNIES SUR ROC

 

Promenade du Haut des Rocs  (+ 3 Km)

Parcours empruntant parfois le GR 129 J.

http://www : grsentiers.org

  

Les origines de Montignies-sur-Roc sont connues dès 1057.

  

Départ de la promenade devant le Syndicat d'Initiative, place Masson.

  

Dos au S.I., longer le vaste trapèze arboré par la droite, suivre le mur d’enceinte du domaine de la Motte Baraffe.

Ignorer le sentier qui descend sur la gauche (*).

 

Après l'entrée du Château, passer l’église perchée à l’aplomb du vallon.

 

Edifié au XVIe siècle sur les ruines d’un château fort du XIIe. Il subit encore des transformations au cours du XIXe siècle.)

 

Le petit enclos voisin abrite la tombe d'un soldat du Commonwealth.

  

< Quitter la chaussée vers la gauche, descendre la ruelle Galant Homme en suivant le balisage blanc et rouge du GR, le promeneur franchit la Petite Honnelle sur une passerelle constituée d’une pierre monolithique, datée de 1872.

Il grimpe alors la rue du Coron, le plus ancien chemin du Village. Elle débouche sur la chaussée Brunehaut.

 

< Quart de tour à gauche, nous quittons le GR pour passer à hauteur d’une exploitation agricole et de la brasserie de l'Abbaye des Rocs.

  

250 mètres plus loin à gauche, la ruelle du plat caillou dégringole le creux du vallon. Le promeneur repasse la Petite Honnelle et poursuit > vers la droite la rue de la Fontaine.

 

< Avant la Fontaine, demi-tour à gauche, suivre les balises du GR vers le sentier du Haut des Rocs qui sinue en surplomb du vallon.

 

> Remonter vers la droite une volée d'escaliers. Au sommet (*),

 

> virage à droite, le point de départ n'est plus loin.

  

Bonne promenade

 



 HONNELLES

 

En visite chez nos "Amis du Caillou-qui-bique".

Ils nous invitent à la balade dans leur belle vallée de la "Grande Honnelle".

 

Le nouveau circuit des pierres Verhaeren: un parcours balisé de 3,650 km.

  

Départ du parking au lieu dit "Bargette" à Angre, près de la maison musée du poète ou du Chalet du garde. (Adresse ci-dessous)

  

Emile Verhaeren, né à Saint-Amand sur l'Escaut le 21 mai 1855. Décédé tragiquement le 27/11/1916.

Son buste sculpté est de Van der Spappen. En 1955, à l'occasion des manifestations du centenaire de la naissance du poète, c'est à l'initiative de René Vandevoir, conservateur du Musée Verhaeren que fut tracé un circuit promenade parsemé de vingt-cinq stèles gravées d'extraits de poèmes.

Une première stèle de Angelo Hecq fut inaugurée le 17/5/1937 par l'Association des jeunes auteurs du Hainaut et des admirateurs de Verhaeren.

C'est dans une dépendance de la ferme laiterie Laurent que le poète et son épouse vécurent plusieurs de leurs vacances avant la guerre 1914-1918.

  

Sur le parcours :

Pierre n°4

Pierre_n_4

Le "Caillou-qui-bique" est une barrière naturelle qui, dans le temps, empêcha les eaux de la rivière de s'écouler plus ou moins librement dans la vallée.

Curiosité naturelle, le caillou n'est qu'un témoin de l'action du feu chez nous, un des derniers vomissements des volcans du Quaternaire.

Ce "Caillou-qui-bique" est un amas, un chaos de rochers posés obliquement les uns sur les autres. Sa roche est un poudingue, de béton naturel fait de pierres roulées et de ciment quartzeux non calcaire.

  

Le Chalet du garde, siège de l'association "Les Amis du Caillou-qui-bique".

Chemin du caillou, 7387 Angre. (Départ possible depuis cet endroit)

 

http://www.tourismegps.be/gps-fr/colonne-de-gauche/les-circuits/les-circuits-du-hainaut-publies-en-francais/sur-les-pas-de-verhaeren.html

 Consultez aussi le site du S.I. du haut-Pays : www.haut-pays.be

  



 PROMENADE AUTOUR DU GRAND HORNU

 

Une promenade découverte de la cité ouvrière à travers les différentes traces des fosses du maître des lieux Henri De Gorge.

 

 

Un circuit d'environ 3.500 m empruntant les trottoirs et pavés autour des installations centrales de la Société.

 Départ de l'Esplanade du Grand Hornu, rue Sainte Louise 82, 7301 Boussu.

  

Balade fosses GH

 

 

 

Le saviez-vous?

 

Hautbasfl_nuGH

Du fond de la mine, le rail a gagné la surface. Dans un premier temps, il reliait les charbonnages entre eux ainsi que les rivières et canaux; les seuls moyens de transport pour évacuer le charbon à l'époque vers les autres régions de notre pays ainsi que vers l'étranger.

C'est Henri De Gorge qui fut le premier à prendre en 1829 une

initiative dans la région en décidant de poser une ligne de chemin de fer de 1800 mètres qui relia le Grand Hornu au canal de Mons à Condé. Les chariots furent traînés par des chevaux sur cette voie.

La ligne fut inaugurée en mai 1830.

Après l'inauguration en 1835 de la 1ère ligne du Chemin de fer Belge entre Bruxelles et Malines, les mises en service se succèdent :

Au Borinage : 1836, Chemin de fer du Haut et Bas Flénu.

De 1840 à 1849 développement du Réseau de Saint Ghislain de la Compagnie du Chemin de fer de Saint Ghislain.

 

Pour en savoir plus ! www.sagagares.blogspot.com

Bonne Promenade

 



"Gy Seray Boussu"

 

Promenade dans le Parc du château de Boussu.

 

Départ de la rue du Moulin n° 43 à 7300 Boussu. (A 100 m de la gare de Boussu, ligne Bruxelles-Quiévrain.)

 

Le Parc du château.

 

Le parc du château a connu deux aménagements. Le premier, à la française, est caractérisé par l'aspect géométrique des plantations, l'alignement... en quelque sorte une "copie" de Versailles !

Mais, en 1810, c'est l'aménagement à l'anglaise qui a succédé, on laisse la " nature agir" ;  On plante en imitant, en reproduisant ce qui se passe à l'état sauvage. L'aspect géométrique est alors supprimé. C'est à cette époque que les allées actuelles ont été tracées.

Le promeneur peut déambuler tout en contemplant les pierres, les fouilles mises à jour, les arbres et en écoutant l'avifaune.

 

Les ruines du château

Ch_teaumaquette

 

Trois châteaux au moins se sont succédés à Boussu. Au VIIIème s. on parle d'une forteresse en bois. Un château fort est construit au XIème s. par les Seigneurs de Boussu.

Du XIII au XVIIIème le domaine appartient à la famille Hennin-Liétard.

En 1539, la forteresse ruinée fait place à un véritable palais de style Renaissance conçut par l'architecte Jacques Du Broeucq. Jean De Henin-Liétard fait reconstruire un magnifique château qui  accueillera les plus grands : "Charles Quint  et Philippe II d'Espagne. Louis XIV y a séjourné dix jours. C'est de cet endroit qu'il a dirigé le siège de Mons et de Saint Ghislain. Don Juan a également fait escale à Boussu.

Composé de 4 ailes de 100 m. de côté entourant une cour centrale et flanqué de grosses tours aux angles extérieurs, le château était relié par une galerie au châtelet d'entrée constitué de 2 puissantes tours. (Ecuries en sous-sol pour 300 chevaux).

Le château est progressivement détruit aux XVIIème s. et XVIIIème s.

Le châtelet, encore en bon état à la fin du XVIIIème s. est transformé  en habitation au XIXème s.

En 1940, il est transformé en dépôt de munitions par l'armée allemande. Au moment de sa retraite en septembre 1944 elle fait sauter le château et les abris fortifiés du parc.

Les ruines sont classées comme monument historique et site naturel  en 1988. Le domaine est vendu à l'administration communale en 1990 et confié à l'Asbl "Gy serai Boussu" présidée par Marcel Capouillez spécialiste de la Renaissance. Depuis, des campagnes de fouilles, de restaurations et de revalorisation du site y sont organisées.

 

A consulter www.chateaudeboussu.be 

      Bonne promenade à travers l'histoire.

 



HAUTRAGE

Ville de Saint Ghislain

 

Promenade dans le Bois des Poteries par les sentiers n°50 et "chemin de fer vicinal".

Suivre le balisage SG 05 jaune.

 

 Les richesses du sol d'Hautrage ont contribué à son essor : le charbon, exploité dès le 13e siècle (Hautrage Etat), mais aussi, le sable et les terres plastiques destinés aux entreprises réfractaires.

  

Départ de la place de Hautrage Centre pour 4 ou 5 km.

 Sur cette place à l'ombre de tilleuls, un kiosque du 19e siècle, l'église néo-gothique Saint Sulpice, et derrière celle-ci, le couvent des soeurs franciscaines.

  Dos à l'église, partez vers la droite rue O. Mahieu.

< Au passage protégé pour piétons, traversez la chaussée.

< A gauche, vous pénétrez dans le sentier n°50. Il longe le mur d'une vaste propriété entourée d'un parc.

Un "gauche droite" et à hauteur de la 2ème maison rencontrée, continuez sur la sente vers la droite.

> Arrivé rue G. Scutenaire virez à droite. Vous cheminez dans cette rue qui domine le village.

(*) Au croisement avec la rue C. Rasseneur, abandonnez l'asphalte. Droit devant, le sentier n° 50 longe un champ et bientôt vous êtes à l'orée du Bois des Poteries.

  

Le Bois des Poteries: Ancien site d'exploitation d'argile, une des matières premières de l'industrie céramique. (poterie utilitaire et décorative)

Sous la frondaison, quelques anciens drains. (Certains comblés forment des marres, une aubaine pour les batraciens) Ces drains permettent l'écoulement des eaux du bois vers le ruisseau des Fontaines qui traverse le village.

 

  

En pente douce vous atteignez l'arrière des jardins des habitants du coron Saint Pierre. Le sentier s'incurve vers la gauche pour s'arrêter à la rue Forestière.

Une petite halte devant deux chapelles.

 

Chapelles jumelées de Notre Dame de Grâce et du Sacré Coeur et la stèle érigée par les "Défenseurs" du Bois des Poteries.

 

Sentier_50

< avant de virer à gauche.

Sur votre droite, côté Bois du Prince, vous devinez la carrière de l'entreprise E. Lebailly.

Jadis ce chemin asphalté accompagnait une ligne vicinale qui virait plus loin sur la gauche.

 

® Si vous parcourez le petit circuit, après 500 m.

 

< vous montez à gauche sur le remblai du "chemin de fer vicinal".

 Ligne SNCV : Au départ de Saint Ghislain (Dépôt rue de Tournai), il y avait deux lignes non électriques dont la bifurcation se trouvait à l'entrée de Tertre (actuellement le rond-point) ;  l'une allait vers Baudour et Enghien, l'autre vers Hautrage et Quevaucamps ou se trouvait la correspondance vers Ath et Tournai. Cette dernière était raccordée à Hautrage à la ligne venant de Boussu, ligne exclusivement marchandises. La section allant de Saint-Ghislain à Hautrage fut mise en service le 1-5-1888, le prolongement vers Stambruges le 30-4-1891. Une extension marchandises vers Villerot fut inaugurée le 7-6-1891.

  

A la sortie du bois (des Poteries) deux habitations vous descendez la rue C. Rasseneur.

  

A 370 m.> vers la droite, vous êtes sur le chemin du retour parcouru à l'aller. (*)

 ® Si vous optez pour le circuit de 5 km,

vous continuez la rue Forestière jusqu'à son croisement avec la rue des chaufours. (Chapelle Saint Hubert)

 < Empruntez cette rue vers la gauche. Attention ! Toujours vers la gauche vous longez la route de Mons sur une piste cyclable.

< Environ 400m plus loin à gauche entre deux prés, vous remontez la rue C. Scutenaire. Au prochain Y, descendez vers la droite et par la rue de la Couronne vous retrouvez votre point de départ.

 ®  Option 4 ou 5 km.

 (*)Tronçon aller et retour du circuit 4 km.

 

Bonne promenade

 

Le Sentier n°50, un sentier réhabilité après de nombreuses années de combat pour plusieurs habitants d'Hautrage et notamment Simone Leclot active dans les associations regroupées au sein du Plan communal de développement de la nature.

 

 



 

JEMAPPES (Mons)

Le parc communal   

 

Un parc pour les amoureux de la nature. Le paradis des promenades en famille.

Un parc, une histoire ...

 

Accès : Depuis la N 51 à Quaregnon  prendre la N 545 Chaussée de l'espérance en direction de Ghlin, après le viaduc au dessus de l'autoroute de Paris-Bruxelles virer à droite rue du château Guillochin.

 Vers 1785, M. Fontaine, un grand financier de la ville de Mons fit bâtir une seconde résidence appelée "Villa Fontaine".

 

Les plans de la résidence sont dessinés et le parc prend les allures d'un magnifique jardin grâce au concours du comte du Val de Beaulieu, page de Napoléon 1er et horticulteur averti.

M. Fontaine s'installe dans son domaine en 1787 et l'offre trois ans plus tard, à son fils en cadeau de mariage.

La propriété passe ensuite aux familles des comtes Guillochin.

 

En 1917, les troupes allemandes saccagent le domaine et le château est incendié.

 

En 1919, la commune de Jemappes décide d'acheter ce qu'il reste du château et le parc, soit un patrimoine de douze hectares.

 

Jemappes_parc_roseraie

C'est en 1923 que les travaux de reconstruction du bâtiment actuel démarrent. Les architectes ont néanmoins gardé quelques traces de l'ancien domaine :

 

Une chapelle de style néogothique (1869) dédiée à la mémoire du comte Guillochin,

 

Un belvédère construit au dessus d'une glacière. (Maintenant les frigos ont résolu le problème de la conservation d’aliments frais pendant les mois chauds de l’été. Autrefois chaque château, chaque ville possédait une glacière. La conservation de la glace naturelle était une pratique universellement répandue. Chaque année, en hiver, les cognées faisaient crier l’épaisse couche de glace qui recouvrait les étangs.)

 C'est à partir de 1958 que le paysage du parc change.

Lors des origines du domaine, les étangs étaient alimentés par la Haine. Maintenant c'est la station de pompage de Cuesmes qui alimente ses points d'eau qui font la joie des pêcheurs.

 

On érige le théâtre de verdure et on dresse un pont surplombant le grand étang. Le café (La Roseraie) est ouverte en 1959.

 

Avec les années, le parc communal évolue. Déjà très agréable avec des arbres plus que bicentenaire, on y crée en 1996 "l'arboretum Edgard Hismans" sur six hectares. Une réserve qui regroupe 345 essences différentes divisées par groupe. Elles viennent de Belgique, d'Europe centrale et boréale, du bassin méditerranéen, d'Afrique du nord, d'Asie et du continent américain.

 

Ce parc mérite le détour, quelle que soit la saison il ne manque pas d'attrait. L'automne a ses charmes et offre des couleurs fantastiques. Au printemps l'éveil de la nature est une chose merveilleuse.

 

Bonne promenade.

 

 



 BOIS DE COLFONTAINE

 

LA RANDO DES LEUS

 

Pour les explorateurs en herbe, voici une promenade éducative et pédagogique de 5 km.

Un parcours balisé par le Parc Naturel des Hauts Pays pour le Conseil consultatif des enfants de Colfontaine.

Départ de la Tour du lait buré, rue de la Belle Maison, Colfontaine.

 

Respectez le code forestier, ne quittez pas les sentiers.

    Cliquez ici :    Rando_des_leus

  



Posté par svlpn à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Liste de 5 à 10 km.

La promenade offre bien plus de joies qu'on ne se l'imagine.


BOUSSU BOIS

Vallée du ruisseau de Bonne Fontaine ou d’Hanneton.

Un circuit de 7 km au départ de la Place Saint Charles.

Boussu-Bois_v

Vallée Hanneton 7 km

 

 


LA FORÊT  DOMANIALE  DE  COLFONTAINE

 

Nous vous invitons à parcourir "Le poumon vert du Borinage" qui fait partie intégrante du Parc Naturel des Hauts-Pays.


Promenade aller-retour de 5 km ou circuit de 5,8 km sur des chemins accessibles à tous.

Relique de l'ancienne forêt charbonnière, la forêt de Colfontaine est aujourd'hui composée de quatre massifs forestiers (760 ha) : le bois de Saint Ghislain, le bois de Colfontaine, les bois de Montroeul et de Blaugies.

La forêt s'étend sur un vaste plateau qui s'incline en pente douce vers le Nord et le Nord-Est. Il est entrecoupé de deux vallées étroites et pittoresques au fond desquelles coulent les ruisseaux l' Elwasmes et de Colfontaine, affluents de la Haine. Cette forêt est un endroit privilégié pour pratiquer un sport de plein air sur des chemins et sentiers aménagés.


Départ : Si vous débutez votre promenade à la "Tour du Lait Buré"  à  Pâturages 1, rue Belle Maison (P), vous ne pouvez rester insensible au charme de la maison  au toit à la Mansart que l'on nomme "La Belle Maison" de FENELON".


 

Lait Buré = Lait caillé, babeurre, liquide blanc résidu de la fabrication du beColfonturre


ou Laiburé n.m. (borain) = cardamine des prés ou cresson des prés, plante herbacée de la famille des crucifères.

 



 

François de Salignac de la Motte FENELON (1651-1715), prélat, évêque de Cambrai, théologien, philosophe, fut un grand protecteur de la forêt. Il fit tracer un chemin vers la Haine pour permettre une meilleure exploitation du bois.

 

Entrez dans le bois par l'Allée de la Belle Maison  pour vous diriger vers le Rond-Point LEGRAND.         

 

Ce rond-point ainsi que d'autres carrefours (Legrand, Raimbaux,Taillette),nous rappellent que le bois fut la propriété  de H.J. DE GORGE fondateur du "Grand Hornu".


< Au rond-point, tournez à gauche en oblique et l'Allée Centrale vous conduira au Carrefour Raimbaux.(P)

Au centre de cette clairière s'élève, encadré de superbes tilleuls, un pavillon de chasse hexagonal avec auvent. Ce pavillon fut érigé en 1855 pour H. DE GORGE.

 

Cet à l'initiative de Louis PIERARD et de quelques hommes amoureux de la nature que les premiers 525 ha du bois de Colfontaine furent rachetés par l'Etat Belge.


Une plaque commémorative apposée sur le monument par la "Ligue des Amis des Arbres" rappelle le 25ème anniversaire du rachat (1908-1933).

 

A cet endroit, ne perdez pas le Nord, laissez derrière vous le pavillon et la route nationale. Vous avez deux possibilités de retour:

 

- soit vous reparcourez les 2,5 km qui vous sépare du point de départ.

 

- soit pour 3,3 km vous partez en oblique vers la gauche dans l'Allée qui vous mène au chemin Blondiau.(P)

 

Laissez sur votre gauche le chemin précité et partez sur la droite dans l'Allée de la Belle Maison. Celle-ci vous mène droit au point de départ en repassant par le Rond Legrand. En vue d'une prochaine promenade, repérez de part et d'autre du  circuit les sentiers balisés, notamment un parcours "NATURA 2000" au départ du Pavillon en direction du Bois de Sars ainsi que le tracé du GR 129 J. qui traverse le Parc Naturel des Hauts Pays de part en part.                                                                                                                           

 

(P) = Parking


Bonne promenade

Pierle

 

Vous possédez un GPS, découvrez cette boucle de 10 km au coeur de la forêt de Colfontaine. 

http://www.tourismegps.be/fr/colonne-de-gauche/tous-les-circuits/les-circuits-du-hainaut-publies-enfranca-is/au-coeur-de-la-foret-de-colfontaine.html

 

 



 

A petit pas… ou grandes enjambées…

 

tous vont dans la bonne direction ! 

 


 



 

SAINT  DENIS  EN  BROQUEROIE

 

Situé à 5 km au NE de Mons, ce paisible village est bâti autour du domaine de l'Abbaye, parmi les bois et les étangs.

 

Départ de la place du village pour environ 6 km autour du domaine abbatial.


 

Passez l'église et descendez vers la rue de la Filature. (descente classée depuis 1997)


 

En bas de la descente, vous êtes face à la ferme de la Basse-Cour, ancienne dépendance de l'Abbaye. (A visiter en fin de parcours)

> Vous tournez à droite et immédiatement < à  gauche dans la rue Frébutte.


 

A  main droite l'ancienne cure, admirable maison de 1769.


 

Vous allez monter cette rue en direction de Thieusies et sur 2,5 km passer de 50 à 115 m d'altitude.


 

Vous longez sur la droite le bois de Becqueron et sur la gauche le mur d'enceinte du domaine de l'Abbaye.


 

Dès la fin de l'enceinte, une chapelle "djan et djène" vous annonce l'arrivée à la Haute Folie et sa ferme carrée du 18ème Siècle.


 

Courage! Vous montez toujours, sur votre droite la Maison Forestière.


 

< Plus haut à la fourche, une chapelle Sainte Anne ou Grandjean, du nom du lieu-dit. Vous prenez à gauche dans le chemin qui entre sur le territoire de Thieusies.


 

< Au croisement en T, à main gauche dans la rue de la Procession, dirigez vous vers la ferme Rose du Rostéleu ou Rotteleur.(Séjour à la ferme, chambres d'hôte)

   

Cette bâtisse appartenait jadis à l'Abbaye de Bonne Espérance.


 

< Plus loin, partez vers la gauche, une chapelle dédiée à Sainte Barbe et la route forme une courbe vers la droite.


 

< Après cette courbe, tournez à gauche et dépassez la Maison forestière. Vous entrez dans le bois des hauts Aunois.



 

Descendez la voie forestière la plus fréquentée. (Descente très pentue et parfois boueuse)

 

Après la descente du bois vous découvrez les étangs.

< Près de la maison du garde prenez à gauche la drève des peupliers qui longe les étangs.

 

Les sept étangs : Ces viviers poissonneux, alimentés par l'Obrecheuil, furent creusés par les Moines.


 

Et voilà le "café des étangs", ce café des pêcheurs (à la ligne) vous invite à faire une halte.


 

Continuez votre balade, vous êtes en vue de l'Abbaye. Mais d'abord observez le Moulin des Moines et son Barrage.

 

La présence d'un moulin à cet endroit est attestée dès la  fondation de l'Abbaye en 1081. L'ancien moulin du 17ème siècle et son Barrage du 16ème siècle sont tous deux classés.

 

A cet endroit l'Obrecheuil entre dans le Domaine de l'Abbaye, vous longez son mur d'enceinte. Bientôt vous pourrez admirer par son Portail d'entrée, le pont sur la rivière et ses bâtiments classés depuis 1981.

   

L'Abbaye de St-Denis en Brocqueroie est bâtie au bord de l'Obrecheuil, affluent de droite de la Haine.

1081, marque la naissance de l'Abbaye bénédictine en un endroit nommé Brocqueroie.(Broca Roïa = couper les broussailles). Pour créer un monastère dédié à St-Denis, la Comtesse Richilde mère de Bauduin II de Hainaut fit venir une équipe de moines de l'Abbaye de Sauve-Majeur.

L'Abbaye se constitua rapidement un intéressant domaine, elle connut une vie florissante jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Après la Révolution, les bâtiments furent acquis par L. Tiberghien qui y installa une filature de coton. L'usine fonctionnera jusqu'en 1957.

L'Abbaye a ensuite abrité une Maison des Missions de Scheut, puis une Home pour handicapés mentaux.

En 1978, l'ancien site monastique fut racheté par une dizaine de familles qui s'associèrent alors en coopérative. Une partie du bien sert d'habitations à ces propriétaires privés qui veillent à sa sauvegarde et à sa restauration.


 

> Votre visite terminée, avant de remonter à droite vers votre point de départ, jetez un coup d'oeil à gauche sur la Porte Méridionale du Domaine et l'entrée de la Basse-Cour, ferme du bas (1780), en liaison directe avec l'Abbaye.

   

Sources historiques : Fête du Petit Patrimoine Populaire Wallon - Sep.91

Gérard BAVAY.

Bonne promenade

 

 




 

"Au delà des bornes"!

 

Une promenade d'environ 10 km vers le village français de La Flamengrie.

Départ de la place de Roisin (Honnelles) dans les Hauts Pays.

 

Face à l'entrée du château, prenez la direction de l'église Saint Brice que vous longez et dépassez par la ruelle de gauche. Suivez le mur de gauche jusqu'à la rue Liévin, tournez à droite.

 

A 100 m virez à gauche dans la campagne. 500 m plus loin au lieu dit "Vignoble" vous êtes à l'altitude 100 m.

 

Jadis Roisin fut le pays du raisin. Les armoiries des Seigneurs de l'époque représentaient un singe tenant en main une grappe de raisin.

 

Au T partez vers la droite jusqu'à la chaussée romaine Bavay-Tournai.

 

Construite en 43 après J.C. sous l'Empereur Claude, cette route semble avoir conservé son tracé d'origine.

 

Bifurquez à gauche sur cette voie et 500 m plus loin, empruntez à droite le Chemin Royal. Il tire son nom, dit-on de la Douane Royale!

Après 2 km à travers champs et bosquets vous suivez à gauche le chemin frontalier qui mène au "Saint Quentinois"

 

Fin du chemin sur votre gauche vous découvrez la première borne frontière (n°3), elle vous annonce votre entrée sur le territoire français.La_Flamengrie_007

 

La Flamengrie est une enclave en territoire belge. Ce bourg frontalier du Bavaisis fut rattaché à la France par le traité de Nimègues (1678).
Au XVIIème siècle,les terres qui l'entouraient appartenaient aux Barons de Roisin. Roisin étant le village voisin alors tenu par les Autrichiens.
En 1781, suite aux discussions et aux premiers mesurages entre la France et l'Autriche des bornes frontières furent érigées.

 

Arrivé à la D 154, partez vers la gauche.

Tout au long de votre parcours  vous croiserez d'autres bornes de pierre bleue:
Borne_fran_aise

 

 

 

Des 65 bornes posées autour de la Flamengrie, il n'en subsiste aujourd'hui plus qu'une vingtaine.
Sculptées des trois fleurs de Lys (symbole de la Royauté française) d'un côté. Elles portent sur l'autre face l'aigle bicéphale de l'Empire des Habsbourg.

Au carrefour suivant, au lieu dit "Le Calotin"" retrouvez la chaussée romaine que vous suivez par la droite pendant 500 m.

 

Deuxième rue à gauche, pénétrez dans le bourg par la "rue Haute". Dans cette rue sur la droite un aller et retour dans un sentier "Sentier voit n'y goutte" permet d'aller voir la borne n°46.

 

Hors circuit, vers la gauche retrouvez, élevée sur la place du village une "Marianne" dorée. Elle fut offerte par l'Etat à la commune en remerciement pour son civisme.
Quant eu lieu le référendum du Général Boulanger en 1888, La Flamengrie vota pour l'unanimité pour le maintien de la République. Depuis lors, les habitants de la commune s'appellent les "Français" et non plus les "Flaminds"!

 

Revenu sur le circuit continuez la promenade jusqu'à la première rue à droite. Elle vous amène à la borne n°42 située dans le pré de gauche avant la première ferme (des Rocs) sur le territoire Belge.

Continuez dans la campagne et partez dans le premier chemin vers la gauche en direction de Meaurain.

 

Arrivé dans le bas du chemin encaissé, virez à gauche vers l'église Saint Amand désacralisée.

Vous la dépassez par la droite et poursuivez  toujours à droite direction Roisin.

Après le cimetière, aux abords du village vers la gauche vous découvrez :

 

 

 

"Les Tourelles", le dernier bastion du château néo-classique aujourd'hui disparu.
Le châtelet d'entrée (+/- 1600) porte les armoiries des Seigneurs de Roisin"

Contournez le domaine du château par la droite, vous retrouvez l'église et votre point de départ.

 

Ce circuit vous a plu ? Venez nous rejoindre lors de nos promenades guidées du dimanche matin.

Bonne promenade.

 

 


  


 

QUAREGNON
Promenade des terrils autour de Wasmuël

wasmuel_02Située au centre du Borinage, l'ancienne commune de Wasmuël a une caractéristique dominante : c'est le seul village borain sans terril. C'est assez paradoxal quand on pense que la cité est bâtie au centre de cette agglomération boraine qui vécut si longtemps de l'exploitation du charbon. Le sous-sol wasmuëllois lui-même, riche en houille, fut exploité par les sociétés houillères voisines. Mais la localité resta toujours sans fosse, tout en comptant de nombreux "carbeniés" (mineurs, houilleurs.)

DÉPART de la place de Wasmuël pour 10 km environ.

Les trois terrils rencontrés lors de la balade ont été aménagés. La grimpée facultative y est parfois rude, elle demande une certaine condition physique.

Au pied du kiosque, empruntez la rue de la sablonnière jusqu'à sa jonction avec la route de Mons. Vous êtes déjà sur le territoire d'Hornu, son ancienne gare est à votre droite.
Ligne 98 C, Frameries - Saint Ghislain.
(A paraître "Saga-gares" de Jean Delplan et Eric Cornu.)

Partez à droite, longez la grande surface commerciale (Cora). 

Au second feu, prenez à gauche dans la rue Sainte Louise. Du haut de son socle, l'ancien maître des lieux (De Gorge) vous accueille. 

Longez la place verte pour atteindre l'esplanade du Grand-Hornu.

Le GRAND-HORNU : Vaste complexe industriel minier et urbanistique, dirigé par Henri de Gorge et ses successeurs entre 1810 et 1950 – Ensemble représentatif de la Révolution industrielle érigé dans le style néoclassique alliant préoccupations capitalistes et sociales.
Le MAC's : Conçu par l'architecte Pierre Hebbelinck, le Musée des Arts Contemporains de la Communauté française est implanté au cœur du site du Grand-Hornu.
Les deux cercles tracés au sol sur l'esplanade indiquent l'emplacement des puits d'entrée et de retour d'air du puits n°7 dit "Sainte-Louise". L'extraction débuta en 1820, elle cessa le 30 octobre 1953. Devant ce point se trouve actuellement la cité Hadès.

Traversez l'esplanade, au rond-point (Chariot) partez à droite dans la rue Barbet. Par l'entrée du centre sportif vous pouvez accéder au terril n°9 du Grand-Hornu. (® Raccourci)

Le 9, terril du puits dit" Sainte Désirée" fut mis en service en 1824, Il ferma le 9 septembre 1931.(voir rubrique Escalades boraines)

® Si vous avez négligez la grimpette du 9, Continuez la rue entre les deux terrils.

Au-delà des deux murs, après les maisons, prenez à gauche la rue des Boraines. Elle monte légèrement pour atteindre de rond-point de "la Chapelle".

En face la rue Alphonse Brenez côtoie bientôt la Place Quinchon, et plus loin passe sous l'axiale Boraine (RN 550). Négligez la rue du Pont d'Arcole (Wasmes) qui part sur la gauche, droit devant, vous atteindrez l'ancienne voie de chemin de fer (ligne 98 Mons  Quiévrain via Dour.)

Tournez à gauche sur le ballast et 175 mètres plus loin un sentier balisé GR blanc et rouge entame l'ascension du terril n°6. (® Raccourci)Balisage_gr

Le terril n°6 appartenait à la S.A. du Charbonnage d'Hornu-Wasmes, qui fut fermé en 1948. Reboisé, on peut y observer des chênes, des érables et une boulaie sur le versant Nord. Hauteur : 66 m, altitude : 116 m. Vue imprenable sur Colfontaine et environs. (voir rubrique escalades boraines)

La descente s'effectue par le versant Est. Par temps humide, attention escaliers glissants !

En tournant à gauche, vous rejoignez la chaussée de la cour.
®  Si vous évitez l'escalade du terril n° 6, continuez jusqu'à l'ancien passage à niveau.
Vous êtes sur la chaussée de la cour que vous prenez à gauche.
Un coup d'œil vers la droite, et vous apercevrez "la court" à Wasmes.

En borain, "El Cens' del' Court". Cet important bâtiment et les terres environnantes étaient au Moyen Âge  la propriété de l'Abbaye de Saint-Ghislain. En 1900, les bâtiments appartenaient aux charbonnages du Couchant de Mons. (Bureaux de l'Escouffiaux) Dans les années 80, le bâtiment fut restauré par l'architecte Henry Guchez.  Actuellement, école restaurant de l'Ecole Industrielle de l'Etat.

Longez le terrain de football et marchez jusqu'à la rue du Pont d'Arcole.

Arcole (village de Vénétie, région de Vérone) : Rappelle la victoire de Bonaparte  en 1796 sur les Autrichiens. Il entraîna lui-même ses troupes à l'assaut du fameux "Pont d'Arcole"

Quart de tour à droite dans cette rue, la Maison Culturelle de Colfontaine n'est pas loin.

Au carrefour, traversez en face dans la rue Potresse, ensuite à gauche dans la rue Là-dessous.

Contournez le rond-point de la RN 550, sur la droite un passage pour piétons enjambe le ruisseau l'Elwasmes souterrain pour pénétrer dans la rue de Fontignies. (Lieu-dit "La Platinerie")

Montez devant vous la rue Achille Delattre dans l'entité de Quaregnon.
En haut de la côte, le premier chemin de terre à gauche (rue de la Poudrière), vous passez le pont de la ligne 98 C. (® Raccourci : Une série d'escaliers vous permet de descendre directement sur le RAVeL)

Après 250 mètres, l'entrée sur le Terril de la Flache aménagé. Une piste couleur brique part vers la gauche pour descendre sur le RAVeL. ®

Le Terril de la Flache : Terril du charbonnage dit "Sans calotte" n° 5 et 6 de la Société du couchant de Flénu. Fermé en 1932.
Piste de santé sur le plateau arasé. Sentier muletier et table d'orientation au sommet. - Hauteur : 67 m, Altitude : 102 m. -  Panorama sur le Borinage.
(voir rubrique escalades boraines)

En bas du Raidillon, par la droite, le RAVeL vous ramène au passage à niveau. Partez à droite vers Wasmuël, dans la rue de Wasmes dépassez la rue de la Justice venant de gauche.

Après quelques villas, le sentier du Pied vert part vers la gauche, traverse l'entrée d'un supermarché et bifurque vers la droite jusqu'à la route de Mons. (Hornu-Route)

Retrouvez en face la rue de la Sablonnière du départ et bientôt la place de Wasmuël.

Sources : "Wasmuël en carte postales"    André AUQUIER  1973.
Promenade Autour du Grand-Hornu, La cité ouvrière et les fosses. Grand-Hornu Images, 2006.
Promenade GR (14,2km) – 2007, Centre Culturel de Colfontaine.
Sentier des Terrils - Topo-Guide du GR 412 ouest.-
www.grsentiers.org.
Sauvegarde des Voies Lentes et du Patrimoine Naturel

 



  

QUAREGNON

De la "Noire bouteille" au RAVeL.

 

 

Quaregnon_promenadeSituée au centre du Borinage, l'entité de Quaregnon est fusionnée avec Wasmuël depuis 1977.

Selon les spécialistes de phonétique historique, l'origine de ce nom proviendrait d'une expression latine "Quare non" signifiant "Pourquoi pas". Une autre hypothèse, plus plausible, explique que Quaregnon tirerait son nom de sa situation topographique, du latin "quatuor regiones", signifiant quatre lieux,à cause de la division de Quaregnon en quatre parties au Moyen Age et aussi la présence de quatre cours d'eau.

 

 

DÉPART de la place de Quaregnon pour 7 km environ.

 

 

Quaregnon_place_2009

 

Depuis la Maison communale contournez l'ancienne tour de l'église Saint Quentin par la gauche, vous remontez la place.

 

La tour carrée de l'ancienne église daterait de la fin du XIIème ou début du XIIIème siècle, elle est le vestige d'une première église construite à l'emplacement d'un oratoire dédié à  Saint Quentin en 686.

La seconde église construite en 1726 de style romano gothique avait gardé la tour de la précédente. (Elle apparaît sur une vue de "Cargnon" dans un Albums du Comté de Hainaut du Duc de Croÿ, Prévôté de Mons.)

Dès 1921, les travaux miniers de plusieurs charbonnages s’approchant sous les fondations de l’église y avaient causé des dégâts. Des lézardes et dénivellations étant apparues dans les différentes parties de l’édifice, celui-ci  fut démoli en 1929.

En 1936, une nouvelle église fut érigée rues Anseele et de Monsville.

 

En haut de la place, entrez sans la rue du Marché jusqu'à la place Nicolas Jenart et son monument élevé à la mémoire du Docteur Haquin surnommé le "Médecin des Pauvres"

 

Tournez à droite rue Dr Charles Dupuis et immédiatement à gauche rue E. Anseele.

 

Après le pont sur la Chaussée de l'Espérance, dès le virage à droite dans la rue F. André pénétrez dans le sentier des sergents qui monte depuis le trottoir de gauche vers les hauteurs de la localité.

 

Le sentier des Sergents : Venant du Campiau, ce sentier descendait à la ferme des Sergents. (Ferme abbatiale de Sainte-Waudru construite en 1690)

Cette ferme renommée ferme Malengreau fut démolie en 1933  pour permettre la construction de la nouvelle église du village.

 

A mi-hauteur, jetez un coup d'œil en arrière et vous jouirez d'un panorama sur Quaregnon, la vallée de la Haine et le Campiau.

 

La plaine du Campiau est devenue célèbre par la bataille de Jemmapes le  6/11/1792.

 

Au carrefour suivant vous passerez à droite devant "la Noire bouteille"

 

La Noire Bouteille : L'appellation du quartier et du lieu vient du fait qu'une bouteille était suspendue au-dessus de la porte d'entrée d'un estaminet. Ce bistrot accueillait surtout une clientèle d'ouvriers mineurs qui se rendaient ou revenaient des charbonnages proches. Certains de ces "Gueules Noires" prenaient leur bain au café de la Noire Bouteille à leur retour de la mine à une époque où les bains douches n'existaient pas encore.

 

Descendez le sentier du bois, Il longe le terril du n° 20 des Produits du Flénu dit terril "à genêts".

 

Le sentier du Bois : Cet ancien sentier  venant de Pâturages vers Jemappes était une artère médiane du bois de Flénu, il s’appelait alors " Sentier d’entre deux bois."(Plan de 1822)

 

Le sentier s'élargit ; bordé d'habitations il débouche dans la rue de la Grosse Cotte que vous parcourez vers la droite.

 

100 m plus loin entre deux habitations sur la gauche, l'entrée vers " le pont de la "Sentinelle".

 

Passage inférieur (PI) de la ligne 98 C - Frameries - Saint Ghislain (RAVeL) et de la courbe Saint Léon du chemin de fer du Bas Flénu vers l'ancien canal de Mons à Condé.

 

 

 

A la sortie du tunnel partez à droite dans la rue du Castillon pour accéder (vers la gauche au ruban bétonné du RAVeL.)

 

Sur le plateau du Castillon, une gare privée "Marie-Joseph" évacuait le charbon des mines du sud de la localité. (Rieu du cœur, St Florent, Ste Placide, La Boule, Ste Désirée, Ste Julie...)

 

En passant sous la 98C elle rejoignait le chemin de fer du Bas Flénu en direction du canal de Mons à Condé via "Quaregnon Central".

 

monsville

 

Continuez sur la voie lente, vous passez devant la gare de Monsville.

 

Cette gare disposait de 4 voies principales et de 5 voies en impasse vers Saint-Ghislain.

Elle desservait une série d'entreprises.

 

 

 

Sur la voie rectiligne se succèdent des PI, PN, et PS

 

PI  = Passage inférieur (un chemin ou une route passe sous la ligne), dit aussi pont-rail.

PN   = Passage à niveau.

PS   =  Passage supérieur. (Un chemin ou une route passe au-dessus de la ligne), dit aussi pont-route.

 

Après une maisonnette, l'ancienne voie s'incurve vers la droite, derrière le PS qui suit quelques escaliers grimpent sur la rue de la poudrière pour rejoindre 250 m plus loin l'entrée sur le Terril de la Flache aménagé.

 

Le Terril de la Flache : Terril du charbonnage dit "Sans calotte" n° 5 de la Société du couchant de Flénu. Fermé en 1932.

Piste de santé sur le plateau arasé. Sentier muletier et table d'orientation au sommet. - Hauteur : 67 m, Altitude : 102 m. -  Panorama sur le borinage.

 

 

 

De retour au point d'entrée vers le terril, partez vers la gauche deux fois de suite, vous longez un bloc d'appartements sociaux, la rue Béquet descend le long de la face nord du terril.

 

Traversez la rue de la flache près de l'ancien pont de l'Elwasmes, ce ruisseau couvert coule sous vos pas en direction de la Haine.

  

 Jadis ce ruisseau inondait la base ouest du terril (Flache = flaque, mare), maintenant il est maîtrisé et couvert.

  

250 m plus loin quart de tour à droite entre deux blocs d'habitations sociales. Traversez la rue et continuez dans la rue des Patriotes.

 

Après la piscine, devant l'entrée du stade communal de la rue Brenez, partez à gauche jusqu'à l'entrée du groupe scolaire de l'Egalité.

 

A droite rue de l'Egalité dépassez la Salle "Edgard HISMANS". Après le prochain croisement vous atteindrez la rue du Village qui vous ramène vers la gauche à votre point de départ sur la place de Quaregnon.

 

Sources : "Quaregnon, Passé…présent" André Auquier, 1986.

L'A.S.B.L.  Mouvement pour la Protection et la Promotion de l'Environnement de Quaregnon.

"La SagaGares" La Province. Jean Delplan et Eric Cornu.

Sauvegarde des Voies Lentes et du Patrimoine Naturel

 

 



 

 

 QUAREGNON

Promenade historique dans l'entité.

Quaregnon : Selon les spécialistes de phonétique historique, l'origine de ce nom proviendrait d'une expression latine "Quare non" signifiant "Pourquoi pas". Une autre hypothèse, plus plausible, explique que Quaregnon tirerait son nom de sa situation topographique, du latin "quatuor regiones", signifiant quatre lieux, à cause de la division de Quaregnon en quatre parties au Moyen Age et aussi la présence de quatre cours d'eau.
Wasmuël : Comme son nom l'indique, Wasmuël était une dépendance de Wasmes, il avait deux seigneuries, dont l'une appartenait au chapitre de Sainte Waudru de Mons et l'autre à l'abbaye de Saint Ghislain.

 

Située au centre du Borinage, l'entité de Quaregnon est fusionnée avec Wasmuël depuis 1977.

 

 

wasmu_l_clocher

 

 

Départ de la place de Wasmuël pour 8 km environ.

 

 

Partez à droite de l'église en direction de la place Brouez. Au rond-point près du cimetière, Longez celui-ci par la rue du Tour.

 < Dans le virage quelques dizaines de mètres plus loin, virez à gauche dans la rue des Marichons, suivez la dans son virage à droite le long des prés. 

Passez le ruisseau "Elwasmes" et poursuivez droit devant sur 1 km, la rue de l'Abbé se rétrécit jusqu'au "Château du Diable".

Quaregnon_diable_04

Le château du Diable : Ce " Pan de muraille" est la plus ancienne construction de Quaregnon. Il est bâti en grès houiller comme la tour de l'ancienne église sur la Grand-place.
De forme polygonale, la muraille est adossée à un monticule factice situé dans un jardin privé.
Il est probable que cette construction serait élevée à l'emplacement d'une motte féodale.

Continuez votre balade jusqu'au carrefour suivant avec la rue Paul Pastur.

> Partez à droite et traversez aux feux (verts) des quatre pavés, vous arriverez sur la grand place au pied de l'ancienne tour de l'église Saint Quentin.

La tour carrée de l'ancienne église daterait de la fin du XIIème ou du début du XIIIème siècle, elle est le vestige d'une première église construite à l'emplacement d'un oratoire dédié à  Saint Quentin en 686.
La seconde église construite en 1726 de style romano-gothique avait gardé la tour de la précédente. (Elle apparaît sur une vue de "Cargnon" dans un Albums du Comté de Hainaut du Duc de Croÿ, Prévôté de Mons.)
Dès 1921, les travaux miniers de plusieurs charbonnages s’approchant sous les fondations de l’église y avaient causé des dégâts. Des lézardes et dénivellations étant apparues dans les différentes parties de l’édifice, celui-ci  fut démoli en 1929.
En 1936, une nouvelle église fut érigée rues Anseele et de Monsville.

< En haut de la place, entrez sans la rue du Marché jusqu'à la place Nicolas Jenart et son monument élevé à la mémoire du Docteur Haquin surnommé le "Médecin des Pauvres"

>Tournez à droite rue Dr Charles Dupuis et immédiatement < à gauche rue E. Anseele.

> Après le pont sur la Chaussée de l'Espérance, dès le virage à droite dans la rue F. André pénétrez dans le sentier des sergents qui monte depuis le trottoir de gauche vers les hauteurs de la localité.

Le sentier des Sergents : Venant du Campiau, ce sentier descendait à la ferme des Sergents. (ferme abbatiale de Sainte-Waudru construite en 1690)Cette ferme renommée ferme Malengreau fut démolie en 1933  pour permettre la construction de la nouvelle église du village.

A mi-hauteur, jetez un coup d'œil en arrière et vous jouirez d'un panorama sur Quaregnon, la vallée de la Haine et le Campiau.

La plaine du Campiau est devenue célèbre par la bataille de Jemmapes le 6/11/1792.

> Au carrefour suivant vous passerez à droite devant "la Noire bouteille"

La Noire Bouteille : L'appellation du quartier et du lieu vient du fait qu'une bouteille était suspendue au-dessus de la porte d'entrée d'un estaminet. Ce bistrot accueillait surtout une clientèle d'ouvriers mineurs qui se rendaient ou revenaient des charbonnages proches. Certains de ces "Gueules Noires" prenaient leur bain au café de la Noire Bouteille à leur retour de la mine à une époque où les bains-douches n'existaient pas encore.

Descendez le sentier du bois, Il longe le terril du n° 20 des Produits du Flénu dit terril "à genêts".

Le sentier du Bois : Cet ancien sentier  venant de Pâturages vers Jemappes était une artère médiane du bois de Flénu, il s’appelait alors " Sentier d’entre deux bois."(Plan de 1822)

> Le sentier s'élargit ; bordé d'habitations il débouche dans la rue de la Grosse Cotte que vous parcourez vers la droite.

< 100 m plus loin entre deux habitations sur la gauche, l'entrée vers " le pont de la "Sentinelle".

pont_de_sentinelle_quaregnonPassage inférieur (PI) de la ligne 98 C - Frameries - Saint Ghislain (RAVeL) et de la courbe Saint Léon du chemin de fer du Bas Flénu vers l'ancien canal de Mons à Condé.

> A la sortie du tunnel partez à droite dans la rue du Castillon pour accéder < vers la gauche au ruban bétonné du RAVeL.

Continuez sur la voie lente, vous passez devant la gare de Monsville. Sur la voie rectiligne se succèdent des PI, PN, et PS

PI  = Passage inférieur (un chemin ou une route passe sous la ligne), dit aussi pont-rail.
PN   = Passage à niveau.
PS   =  Passage supérieur. (Un chemin ou une route passe au-dessus de la ligne), dit aussi pont-route.

> Après une maisonnette, l'ancienne voie s'incurve vers la droite, derrière le PS qui suit quelques escaliers grimpent sur la rue de la poudrière pour rejoindre 250 m plus loin l'entrée sur le Terril de la Flache aménagé.

Le Terril de la Flache : Terril du charbonnage dit "Sans calotte" n° 5 et 6 de la Société du couchant de Flénu. Fermé en 1932.
Piste de santé sur le plateau arasé. Sentier muletier et table d'orientation au sommet. - Hauteur : 67 m, Altitude : 102 m. -  Panorama sur le Borinage.

< De retour au point d'entrée vers le terril, partez vers la gauche deux fois de suite, vous longez un bloc d'habitations sociales, la rue Béquet descend le long de la face nord du terril.

< Quart de tour à gauche sur le pont de l'Elwasmes en direction de la rue de Wasmes.
Jadis ce ruisseau inondait la base ouest du terril (Flache = flaque, mare), maintenant il est maîtrisé et couvert.

Traversez la rue, le sentier du pied vert passe devant l'entrée d'un supermarché, il bifurque ensuite vers la droite pour rejoindre la route de Mons.
Vous êtes sur le territoire d'Hornu, son ancienne gare n'est pas loin. (PN d'Hornu-Route, Ligne 98 C)

En face la rue de la Sablonnière vous ramène à votre point de départ sur la place de Wasmuël.

Sources : "Quaregnon, Passé…présent" André Auquier, 1986.
L'A.S.B.L.  Mouvement pour la Protection et la Promotion de l'Environnement de Quaregnon.
"Le Château du Diable" de Willy Thomas. Brochure Communale 1996.
"La Sagagares" La Province. Jean Delplan, Eric Cornu, Pierre Lemal.
Bonne promenade

 

 



 

PERUWELZ (Hainaut)

 

Circuit des Bornes de Croy.

 

Départ de la Plaine des Sapins face à la "Maison du Parc Naturel des plaines de l'Escaut" pour environ 8 km.

 

Dos à l'entrée de la maison du Parc entrez dans le bois vers la gauche.

Descendez dans la hêtraie et au premier carrefour continuez tout droit pendant une cinquantaine de mètres.

A cet endroit, appelé « Manège », partie haute du bois, de nombreuses excavations témoignent des prélèvements de grès opérés au cours des siècles et qui ont servi à la construction de nombreuses maisons de Bon-Secours.

 

< Là, à gauche, un sentier descend vers la route de Grandglise que vous traversez pour rejoindre l’ancienne route pavée de Blaton.

 

De_Cro___blasonN’oubliez pas d’estimer à sa juste valeur l’exploit de chasse de Monseigneur Emmanuel de Croy : il se situe entre les deux bornes commémoratives (Sanglier, Maréchal) l’une en bordure du chemin, l’autre à l’orée du bois.

Deux bornes historiques, commémorant un exploit de chasse du Duc Emmanuel de Croy, Maréchal de France qui abattit en 1751 un sanglier à 57 toises de distance (environ 110 m).

 

> Vers la droite, cheminez jusqu’au canal avant de retrouver la route de Grandglise.

Arrêtez-vous sur le pont du canal pour admirer cette majestueuse tranchée percée dans le Mont des Groseilliers.

 

Le canal Nimy - Blaton -Péronnes, creusé 1951 et 1955, - 42 km - 2 écluses - 1350 T. La tranchée de ce canal coupe le Mont des Groseilliers en deux sur deux kilomètres avec une largeur de 164 m et près de 35 m de profondeur.

Un trésor géologique a été mis à jour. Il s'agit de couches fossilifères de calcaire carbonifère du primaire qui alternent avec des couches du quaternaire.

 

> Le chemin de terre montant immédiatement à droite du pont nous fera passer devant une belle chapelle dédiée à « La Bonne Mort ».

Sans trop y penser, continuez droit votre chemin à travers les frondaisons, vous arrivez sur le territoire de Blaton par la rue de la Mutualité.

Arrivé sur la place de l'Impératrice effectuez un droite gauche vers la rue du Bois en forte pente.

 

> Tournez à droite dans la rue de l'Aisette et de nouveau à droite sur la route vers Bernissart.

Vous franchissez le nouveau pont sur le canal de Nimy à Péronnes.

 

> La première route descendant à droite contourne le siphon du ruisseau de "la Fontaine Bouillante" et vous amène au dessus du chemin de halage que vous suivez vers la gauche.

Le chemin bifurque à gauche jusqu’à la nouvelle route de Bernissart taillée dans le bois. Traversez-la, et, droit devant, empruntez la belle allée.

 

Cette avenue de Blaton conduisait au château de l’Hermitage.

Le massif forestier de l'Ermitage se compose d'une forêt domaniale française de 470 ha, d'une forêt domaniale belge de 297 ha et de nombreux bois privés, le tout atteignent 1200 ha.

Jusqu'au XIIème siècle, ce massif boisé était composé de quatre fiefs égaux : les seigneuries de Condé, de Bailleul, de Briffeuil et le Comté de Hainaut.

A la suite d'achats, d'héritages et de mariages, la famille de Croÿ achève l'unification du domaine en 1770.

A l'issue de la première guerre mondiale, toute la propriété, tant belge que française, est placée sous séquestre en raison de la mobilisation des de Croÿ dans l'armée allemande.

 

> Comptez trois chemins, à droite, et à la fourche, < remontez à gauche, dans un très beau morceau de la forêt.

Musardez à votre aise, et sans problème, revenez à votre point de départ au sanctuaire de Notre-Dame.

 

Bonne promenade

 

Après cette magnifique balade, une visite à la "Maison du Parc Naturel des plaines de l'Escaut" s'impose.

D'autres fiches de circuits balisés sont à votre disposition.

www.plainesdelescaut.be

 



 

Balades_au_GH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visitez le site de Grand Hornu Images

 

www.grand-hornu-images.be/index.php?option=com_content&view=article&id=1025&Itemid=55

 



 

SIRAULT
La promenade des Chasseurs.
Une promenade d'environ 10 km sur les hauteurs de Sirault et de Neufmaison

Départ du pied de l'église Saint Amand.

St Amand est patron de 27 églises dans le diocèse de Tournai, mais son souvenir se justifie particulièrement à Sirault par le lien entre l'abbaye de St Amand et la Prévôté.

Prenez vers la droite la rue des Déportés et suivez la jusqu'au bout.

Vous découvrez la Ferme du Maillet. Ancienne houblonnerie

La rue passe au-dessus du Ruisseau des Hayettes et vous permet de rejoindre la rue Trieu Maquette.

Un trieu était une terre laissée en friche parce qu'elle ne valait pas la peine d'être cultivée.
Maquette est une déformation de marquette. Une Marquette était une petite borne qui précisait l'emplacement d'un lieu-dit, sans doute ici la limite du Trieu.

Vous tournez à gauche, un peu plus loin, la rue croise le Ruisseau des Fontaines. Admirez un instant la Chapelle Notre Dame de la Délivrance.

Au croisement des rues Trieu Maquette et Léopold Olivier, vous pouvez découvrir une belle vue sur le village.

Partez vers la droite. Sur votre gauche le Château de la Prévôté sert de point de repère à toute promenade dans le coin. (Alt.80 m)

En 822, Louis le Débonnaire, dit aussi Louis le Pieux, fils de Charlemagne et Empereur d'Occident, fait don du village de Sirault à l'Abbaye de St-Amand. Celle-ci crée à Sirault une "prévôté ecclésiastique". Centre monastique, exploitation rurale, la Prévôté doit aussi "faire la loi" dans le village qui se révolte en 1239. Sirault reçoit en 1243 une charte qui règle les rapports avec la communauté monastique.
Ce n'est qu'à la Révolution Française que ces prérogatives seront supprimées.
Le baron Desrousseaux de Médano transformera les bâtiments en un château privé.
C'est aujourd'hui la famille Demeure de Lespaul qui se partage cette propriété.

Traversez la route de Chièvres. Ne prenez pas la "rue isolée" l'ancien tracé de la ligne de chemin de fer St Ghislain – Ath fermée en 1960.

Partez tout droit sur la petite route qui mène à l'arrière de la ZIT (Zone d'Inondation Temporaire) du ruisseau des Fontaines.

Vous arrivez ici aux sources d'un ruisseau qui, en cas de fortes pluies, se gonfle de toutes les eaux de ruissellement en traversant Sirault, puis dévale vers Hautrage en longeant un chapelet d'étangs.

Laissez le Bois de Neufmaison aux chasseurs. Montez plutôt jusqu'à la rue Gros Pierre.

A l'horizon, la Ferme du Bois de Soigne à Herchies, un point culminant sur la petite route qui sépare les deux villages. (Alt. 85 m).

Vous êtes ici à la ligne de partage des eaux des bassins de la Haine (ruisseau des Fontaines) et de la Dendre (La Petite Hunelle).

La rue Gros Pierre vous conduit à Neufmaison, à proximité de la Place, où vous pouvez découvrir l'église.

Le retour...
Prenez la rue de Stambruges, mais tournez à gauche dès le premier carrefour. Vous suivez la rue de Sglatignies que vous quittez pour prendre, à droite, la rue des Aulnois.

Un peu plus loin, face à vous, la Ferme de Solbecq et derrière elle, le bois du Petit Point du Jour. Vous passez devant l'allée du Château Gévenois et suivez la route jusqu'au Grand Point du Jour.

Nom d'un ancien cabaret "Au point du jour" situé à ce carrefour.

Ne traversez pas, prenez immédiatement à gauche la rue de Beloeil. Elle monte tout droit vers l'ancienne Pannerie Lupant. Au-delà de cette ancienne pannerie le "chemin de Beloeil" descendait tout droit jusqu'au "Vieux Calvaire".

Une grande croix de fer érigée par les soins de Monsieur le Curé Desmarez en 1815.

Au-delà, vous découvrez à nouveau Sirault.
Il vous reste à descendre vers le Cimetière, le Vieux Calvaire et revenir à votre point de départ.

Sources historiques : Annales du Cercle d'Histoire et d'Archéologie de Baudour et de la région. (Tome II, 1937)

Bonne promenade.

 

 



 

BOUGNIES

LE CIRCUIT LOUIS PIÉRARD (6 km500)

 

 

Ce circuit concerne, la commune de Quévy et son célèbre personnage : Louis Piérard (1886-1951)

 

 

Cette promenade entièrement balisée s’effectue au départ de la place de Bougnies ou d'Asquillies.

 

L

Traversées de villages pittoresques, balade en pleine campagne, découverte de paysages insoupçonnés…ce circuit « Louis Piérard », d’environ 6km500, vous garantira un bon bol d’air ! Vous passerez également devant la maison où a vécu Louis Piérard ainsi que non loin du site du théâtre de verdure et de la première auberge de jeunesse de Belgique, tous deux créés sous l’impulsion de Louis Piérard.

 

 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter la commune de

Quévy au 065/58 64 40 ou le Parc Naturel des Hauts-Pays

au 065/46 09 38.

 


 


 

AUDREGNIES (QUIEVRAIN)

Une promenade de 7 km.

 

http://pedibuscumjambis.blogspot.be/2013/04/blog-post.html

 

 

 



25 juillet 2008

Sur les traces des Hiercheuses

 

La beauté d’une contrée n’est pas seulement dans ses sites, elle est dans sa vie et dans le labeur des hommes.

Marius Renard (Hornu 6/10/1809 , V Knokke 9/7/1948)


 marcheterril

 

LE BORINAGE et ses terrils.

 

 

 Pays au sous-sol riche en houille, le Borinage fut au cœur du développement industriel du pays.

Les cheminées crachaient leurs fumées, les châssis à molettes descendaient les gueules-noires aux fonds des mines où les coups de grisous les attendaient.

De ce passé, il reste des monticules verdoyants où la végétation cache les terrils rompant ainsi la monotonie du paysage.

Le noir y est redevenu vert. Le Borinage a changé, mais n'oublions pas le passé.



LES TERRILS

 

"Partout, dans quelque direction où se portent les yeux, des terrils. Ils sont nombreux, bien plus nombreux que les charbonnages ! Quand un de ceux-ci est épuisé, il disparaît ; on comble le puits, on abat les bâtiments ; il ne reste bientôt plus qu'un amas de décombres qui, peu à peu, en se nivelant, se confond avec le sol.

Le terril, lui, reste imposant. Il démontre, bien mieux que tout ce qu'on pourrait dire ou écrire, l'œuvre collective, le travail opiniâtre des mineurs."

Constant Malva,

"La Nuit dans les yeux", p.12. Editions Labor, 1983.

 


  Assainissement et boisement

 

 Abandonnés après l'arrêt des charbonnages, ils subirent des fortunes diverses. Exploités de manière anarchique pour leurs schistes rouges, la production des remblais de chemin de fer et des routes, et pour la récupération des matières charbonneuses, ils sont depuis 1967 soumis à une nouvelle législation qui définit leurs vocations.

Certains terrils sont classés et transformés en parcs, jardins ou bois. D'autres sont rasés ou exploités.

 

Pour en savoir plus : "La Chaîne des terrils." www.terrils.be

 

 


 

Des terrils, ça se visite:

Terrils aménagés, accessibles aux promeneurs :

Le Borinage en pleine expansion, comptaient quelque 150 terrils. Les masses noires dominaient le paysage.

Aujourd’hui quelques uns ont été aménagés  pour la promenade. Les projets fleurissent pour mettre en valeur ces cônes recolonisés par la nature. Devenus de véritables collines grouillantes de vie ils attirent les botanistes, les ornithologues et les simples promeneurs quelques peu sportifs.


A lire : « Terrils. De l’or noir à l’or vert » Françoise Raes et Emmanuel

Bosteels. Editions Racine.

Hiercheuses ou RacheneusesRachaneuses: Femmes d’ouvriers mineurs ou veuves de mineurs qui, pour s’assurer un supplément de ressources, se rendaient sur les terrils pour grappiller les déchets de bois et de charbon.

 

 

 Poème: "Le Terril" : http://www.facebook.com/notes.php?ref=sb#/note.php?note_id=146523733506

 


  L’HERIBUS

 Situation : Cuesmes -   Accès : Parking, rue Hector Delanois à Cuesmes ou rue du terril à Mons.

Superficie : 18 ha     -   Hauteur : 90 m     -   Volume : 3.904.737 m3 avant réaménagements.

Terril du charbonnage du même nom de la S.A. des Charbonnages du Levant du Flénu à Cuesmes.  Il recouvre une ancienne colline, le mont Eribus, dont on a trace de l’occupation depuis le paléolithique, il y a 6.000 ans.
Le puits de l’Héribus fut le dernier charbonnage construit par cette société. Sa création débuta en fait en 1910, mais la mise en œuvre de l’extraction ne fut effective qu’en 1912. Il ferma ses portes le 2 mars 1968. Ce fut le dernier charbonnage de Cuesmes à être créé, ce fut aussi le dernier à fermer.

H_ribus

Aujourd’hui ses flancs ont subit un remodelage, les pentes sont plus stables, moins abruptes.
Des sentiers ont été tracés, ils entourent cet espace boisé à flanc de coteaux. Des escaliers permettent de grimper au sommet. Aujourd’hui, du haut de ses 140 m (altitude), il domine toute la région. Au fin fond de la vallée de la Haine depuis le Centre jusqu’à la frontière française.

Pour en savoir plus : http://www.grsentiers.org/cgi-bin/topog/gr412.php



 

 LE TITAN

Fl_nu_LeTitanSituation : Flénu   - Accès : Parking Action Passion ASBL rue de Flénu à Cuesmes.

Superficie : 19 ha  -  Hauteur : 90 m   -      Volume : 6.650.000 m3.

 

Terril des Charbonnages de la Société des Charbonnages du Levant et des Produits du Flénu à Cuesmes. (Puits n° 14,15 et 17 fermés en 1959 et 1960.)

Le terril est toujours en combustion. La chaleur permanente a favorisé l'éclosion d'une végétation inhabituelle.
Panorama à l'est sur l'Héribus et la ville de Mons.

Un diverticule du GR 412 depuis le circuit n°3 permet de contourner le terril par sa base et de parvenir au sommet depuis la cafétéria située dans les anciennes dépendances du Charbonnage. 

 Là haut sur le "TITAN"

A escalader avec l'autorisation des propriétaires (Cafétaria)

 Point culminant de la "chaîne des terrils" du Borinage.

 

 

Fl_nu_levant

 

 

Le site du Levant

 

Le site de la "S.A. des Charbonnages du Levant de Flénu" qui avait sont siège à Cuesmes conserve encore sur un espace de 33 ha les vestiges des bâtiments de puits d'extraction de charbon (n° 14,15,17), une ancienne galerie minière de 60 m de long, et surtout un terril verdoyant qui ne manque pas d'intérêt.

 

 

 

 

 

 

 

Accès par la rue de Flénu ou rue Cache après à Cuesmes près de Mons.

Pour les non motorisés, par le RAVeL de la 98 C et la boucle du Gr "sentiers des terrils".

 

Au Départ de la cafétéria aménagée dans les anciens ateliers, suivez le balisage blanc et rouge.

Ce chemin vous permet de faire le tour du terril par le bas sur 2km800. Pour les plus sportif une grimpette de 700 m vous permet d'accéder au sommet. L'ascension du terril est récompensée par une vue superbe sur la ville de Mons et le Borinage.

 

Le Titan à Flénu

 

Il s'agit de l'imposant terril-volcan ( en combustion) né de l'extraction du charbon d'un des puits (n°15) de la S.A. des Charbonnages du Levant du Flénu, Il culmine à 156 m au dessus du niveau de la mer et à 98 m du sol et s'étant sur 18,3 ha. Il contient 6.650.000 m3 de schistes.

Auto combustion

On peut comparer un terril à un volcan. La présence de matériaux combustibles (charbon, pyrite, hydrocarbures), liée au volume du terril et à l'aération peut provoquer sa combustion spontanée. Cela donne des températures extrêmes, de l'ordre de 40° sous la surface et jusqu'à 700° au niveau du cœur. La combustion a lieu dans toute la masse du terril mais se manifeste plus au sommet, comme avec les volcans, on voit parfois des fumerolles (gaz et vapeur) s'échapper de certains orifices. La combustion est itinérante, les zones brûlantes se déplacent, entraînant la mort de la végétation en place tandis que de nouvelles espèces spécialisées et adaptées apparaissent. Les schistes brûlés s'agglomèrent et prennent une teinte rouge.

  

La chaîne des terrils

 

Côtoyant les quatre autres terrils boisés de Flénu, le Titan nous donne une idée du paysage verdoyant à découvrir par les sentiers balisés.

Flénu et ses terrils

S'étendant entre Frameries et Jemappes, ce village connut un développement intense au début de l'épanouissement industriel du Borinage. Il fut celui qui compta le plus grand nombre de puits d'extraction sur un territoire relativement restreint : 12% de sa superficie était occupées par les terrils.

Depuis 1976, les terrils de ce village ont été classés par la Commission des monuments et sites. Boisés et aménagés, ils donnent à cette cité qui fut par ses minières et ses crassiers une des plus sombres du Borinage, un aspect verdoyant

Il reste cinq terrils boisés sur le territoire de Flénu : Sainte-Félicité, Sainte-Henriette, Saint-Louis, Saint-Joseph et le terril du Levant (Titan). Il sont d'un intérêt écologique certain tant au niveau de la faune que de la flore et sont devenus de véritables poumons verts qui totalisent une cinquantaine d'hectares.

 

Le "Sentier des terrils", Topo-guide (GR 412 Ouest) en vente sur :

http://www.grsentiers.org/cgi-bin/topog/gr412.php

 

 



                          TERRIL DE LA CROIX                                        

Situation :  Quaregnon Sud     -

Accès :   rue du Bout de là Haut à Quaregnon à l'arrière de l'école Sainte Bernadette, ou pour la face Nord, au départ du chemin qui longe l'axiale Boraine.                                        

Superficie : 3 ha 25 a   -    Hauteur 53 m   -    Volume : 1.510.000 m3

Terril du Charbonnage Saint Placide puits n°3 de la S.A. du Rieu du Coeur et de la Boule Réunis.
Une abondante végétation a colonisé le site original. Le sommet accueille une Piéta rehaussée d’une croix de 8 mètres de haut (16 tonnes).
U

"Inaugurée le 24 septembre 1939 en présence de Mgr Rasseneur, cette Piéta fut élevée à la mémoire de ceux qui ont péri dans la mine.
Au lendemain de la guerre (en 1947), la bénédiction d’un chemin de croix fut célébrée en présence de Mgr Carton de Wiart, évêque de Tournai.
Quatorze croix en bois, symboles de souffrance, furent portées par d’anciens prisonniers de guerre venus de diverses localités du Borinage. Pas moins de 10.000 personnes assistèrent à cette journée dédiée aux 700 martyrs (P.G.) de la dernière guerre mondiale. L’abbé Levallois, arrivant de Dachau, célébra l’office ce jour-là.
Depuis la  Piéta  a subi les outrages du temps et des vandales. Le chemin de croix, avec des panneaux où figuraient les noms des patriotes, a également disparu.
La croix reste cependant un symbole dans la région, une sorte de phare, un témoin du passé."
"André AUQUIER"

Quaregnon_pi_ta_02__20_9_2009

La luxuriance de la végétation ne permet plus d'admirer le panorama sur Quaregnon centre. Une mise à blanc du sommet  pourrait y remédier !

 


LE TERRIL SAINTE HORTENSE

Situation : Quaregnon Sud    -    Accès : rue du Trannoy ou rue du Bout de Là Haut à Quaregnon.

Superficie : 3 ha 35 a      Hauteur : 25 m      Volume :   5000.000 m3

Terril dit du Trannoy, un des trois terrils du charbonnage du Fief de Lambrechies. Une division de la Société française De Gorcy.
L'exploitation s'étendait sur le territoire de Quaregnon, tandis que les bureaux administratifs étaient sur Pâturages.

LampemineurEn 1934, le mardi 15 mai se produisait à l'étage 821 m un coup de grisou, suivit le surlendemain d'un deuxième coup de grisou. Au total, il y eut 57 morts dont 31 restèrent au fond. L'exploitation fut alors abandonnée. Par mesure de sécurité, les puits furent remblayés en 1959 et couverts d'une dalle dès l'année suivante.

A partir de la rue du Trannoy, un sentier en pente douce permet l'accès sur le plateau supérieur où sont implantés quelques arbres remarquables : des chênes, des pins noirs et surtout quelques cèdres très bien développés qui dominent l'ensemble. (Essences plantées par les anciens propriétaires avant l'achat du site par l'Administration Communale de Quaregnon.)
Une seconde entrée à partir de la rue du Bout de là-Haut est constituée de marches de bois, en raison de la pente particulièrement raide de ce côté.



 Le Terril du Fief de Lambrechies

Situation : Quaregnon Sud, entre la rue de Lambrechies et la rue du Bout de la Haut.

Superficie : 4 ha 50     -   Hauteur : 25 m    -   Volume : 833.200 m3.

Accès : Départ de la Maison de quartier "Plein Sud" place du sud, 5.

Monter à droite de l'église vers la rue Curé Mahieu, suivre à droite la rue du Bout de la Haut. Au rond point à gauche rue Louis Blanqui, traverser le lotissement du Champ St Pierre par une venelle pour atteindre la rue de Lambrechies que vous empruntez à droite.

Vous rencontrez sur la droite le terril du Fief. A l'extrémité de celui ci, monter sur son plateau. Un labyrinthe entre les bouleaux qui vous amène à une roselière.

Fief_st_le

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site jouxte un terrain privé où deux puits de mine sont visibles. A cet endroit une stèle commémore la catastrophe des 15 et 17 mai 1934 (bilan 57 morts et 17 blessés : 37 mineurs resteront au fond).

Redescendre vers la rue du Bout de la Haut. Vers la droite  vous retrouvez votre point de départ. Vers la gauche une seconde grimpette vous attend. Le terril Sainte Hortense. (Description ci-dessus)

 

 http://www.youtube.com/watch?v=OU19E-DZsiU

 


 


 

LE TERRIL DE LA FLACHE

 Situation : Quaregnon   -  Accès : En voiture par la rue de la Poudrière  à Quaregnon ou via le Ravel de la ligne 98 C rue de Wasmes à Wasmuël. (Voir la rubrique Voies Lentes)

Superficie : 6 ha 2 a   -   Hauteur : 65 m   -  Volume 1.435.095 m3.

Terril de la S.A. des Charbonnages du Couchant du Flénu (Puits n° 5) Fermé en 1932.
Le nom de "la Flache" vient de la situation du terril le long du ruisseau "L'Elwasmes".
Au siècle dernier, une "Flaque" (mare) s'était créée sur les terres longeant le ruisseau au pied du terril.

wasmu_l_Flache_0

Aménagé en trois niveaux, le 1er en piste de jogging, sur les 2ème et 3ème un sentier muletier monte jusqu'à la table d'orientation située à l'altitude 101 m.
Panorama de 360° sur l'entité de Quaregnon.

 La_Flache

Pour en savoir plus :  http://www.mppe.be

 


AUTOUR DE LA BOULE

Situation : Quaregnon   - Accès : Rue de la Boule face au n°140.

Superficie: 3 ha 60 a  - Hauteur : 47 m  - Volume: 1.400.000 m3.

Terril du Puits n°4 de la Société du charbonnage du couchant du Flénu. Dit: La Boule Sainte Désirée. Fermé en 1923.

Un chemin circulaire dépaysant sous les frondaisons.

Possibilité de descendre vers la rue de Maubeuge à la limite de Colfontaine.

Pâturages_pano_01

 

 

Panorama sur Pâturages. (Côté Sud)

 

 

 

 

 


LE TERRIL SAINTE DÉSIRÉE dit du 9.

Situation : Hornu       Accès : Depuis l'Esplanade du Grand Hornu par la rue Barbet à Hornu (Centre Sportif)

Superficie : 4 ha 20 a   -   Hauteur : 56 m   -  Volume : 732.310 m3.

Ste_D_sir_eTerril des puits  n°7 et 9 de la Société Civile des Usines et Mines de houille du Grand Hornu.

Le n°9 mis en service en 1824  ferma le 9 septembre 1931.

Au sommet, panorama sur le site du Grand Hornu, le village d'Hornu et la ville de Saint Ghislain.

9_GH_panora_01

 


 LE TERRIL 7-8  HW


Situation : Hornu - Accès : Pavé de Warquignies à Hornu, au rond point de la N550. Par le Ravel ligne 98 à l'emplacement de l'ancienne gare de Warquignies. Suivre le balisage blanc et rouge du GR 412.

"La Chaîne des terrils"  GR 412 (voir Grsentiers)

Pont Warquignies_4-2011

Balisage_gr_01

 

7_8_H_et_W_03

Terril de la S.A. des Charbonnages d'Hornu et Wasmes. Puits n°7 et 8.

Superficie : 28 ha 11 a    Hauteur : 50 m   Volume : 10.423.000 m3 avant son exploitation pour le comblement et la construction de l'Autoroute E19-E42.

 Au sommet, piste de décollage du Club-école de parapente. www.lescondors.be

 


 LE TERRIL N°6 HW

Situation : Wasmes     Accès : Chaussée de la Cour à Wasmes.
Superficie : 6,34 ha  Hauteur : 66 m   Volume : 1.640.000 m3

Terril du Charbonnages n°6 de la S.A. du Charbonnage Hornu-Wasmes. Fermé en 1948.

6__H_et_W_01

Un panneau explicatif est placé au pied des escaliers d'un sentier promenade de 600 m.
A l'altitude 116 m, panorama de 360° sur le coeur du Borinage.
Le terril entièrement brûlé est constitué de schistes rouges. Il est traversé par le circuit N°2 (Terrils et ruelles de Colfontaine) du GR 412 Ouest. (Voir Infos GR)

 


 

 LE TERRIL SAINT ANTOINE

Situation : Boussu.   Accès : rue St Antoine à Boussu-Bois ou par la N51, chemin d'Elouges et voies des morts à Boussu.

Superficie : 52 ha    Hauteur : 60 m   Volume : 32.944.000 m3 avant son exploitation.
Longueur : 1,3 km.

Le terril Saint Antoine est un dernier vestige des Charbonnages n°9 et 10 de la S.A. des Charbonnages de l'Ouest de Mons. (Fermés en 1931 et 1961)

St_antoine_5_09_01

Le dernier pic avant son exploitation pour ces schistes rouges.

Malmené par une première société visant à récupérer le charbon résiduel, sa faune et sa flore subirent de multiples préjudices. La partie sud est toujours en exploitation, la partie Nord a été remodelée. Bassins de décantation accessibles au sommet. (Voir Album photos)
Panorama vers l'ouest sur le site éolien "Elouges-Quiévrain". Par temps clair on aperçoit vers le nord-ouest les crassiers du bassin houiller français.

Le GR 412 (Le sentier des terrils) venant de Bernissart n'est pas loin. Longeant le terril côté ouest, il est souvent impraticable. Une variante est conseillée par les "Grsentiers".

 

Bonnes grimpées. 

 


 Le Mont des Ecureuils !

  

Le terril de l'Agrappe est devenu un jardin public, des chemins y ont été tracés, on l'appelle le Mont des Ecureuils. (Bosquètia en patois de Frameries)

 

 

Situation : Chemin d'accès depuis la rue Ferrer à Frameries, sortie rue de Genly. (A deux pas de la gare SNCB.)

 

Superficie : 2 ha 30 a     Hauteur : 25 m      Volume : 366.000 m3.

 

Terril du siège n° 2 "La Cour" dit "l'Agrappe", de la Compagnie des Charbonnages Belges. Profondeur : 870 m.

Le sinistre puits de l'Agrappe a fait de nombreuses victimes au cours de plus de 30 catastrophes survenues entre 1768 et 1790. Il y eut aussi les accidents tragiques comptant plus de 10 morts, 12 janvier 1864 : 15 morts, 29 juillet 1874 : 15 morts, 16 décembre 1875 : 112 morts, 17 avril 1879 : 132 morts, 1 septembre 1892 : 27 morts.

Avec au total plus de 300 morts, cette fosse fût la plus meurtrière du Borinage. Fin d’exploitation en 1922.

 

 

Frameries_mineur__cureuils

 

   

Au bas du chemin d'accès, une sculpture de Léon Gobert (1869-1935) représentant un mineur accroupi nous rappelle l'origine de ce terril et les souffrances qu'il a engendrés.

  


 SAUWARTAN

Terrain privé !

Situation : Bois de Saint Ghislain

Accès : Avenue Hyacinthe Harmegnies à Dour à la limite des communes de Boussu et Colfontaine.

Superficie : 3 ha 14 a  -  Hauteur : 60m  - Volume : 630.000 m3.

Dour_Sauwartan_02

Dos au café "A la clé du bois", longez le bois vers le sud par la rue Sauwartan. Après la rue du Dérodé, pénétrez dans le bois.

Juste avant une barrière métallique, quart de tour à gauche, passez sous le chevalement en béton de l'ancien charbonnage.

(Puits n°1 dit Sauwartan de la S.A. des Charbonnages du bois de Saint Ghislain. Fermé en 1938)

Juste au-delà, un sentier raide escalade le terril boisé. A escalader avec l'autorisation des propriétaires ! Après un premier palier, la grimpée vous amène au sommet chauve. Découvrez un panorama étonnant sur le massif forestier de Colfontaine et la chaîne des terrils.

Vous descenderez par la même face sud du terril.

En mai 1944, les alliés bombardèrent le bois de Saint Ghislain croyant y voir la ville du même nom. Des trous de bombes se voient encore dans les environs de Sauwartan.

Bonne grimpée

 


 Le Chemin des Terrils

http://cheminsdesterrils.wordpress.com/

  


 


 QUAREGNON

Les terrils du Sud

Ascension de 2 (ou 3) terrils

Départ: Maison de Quartier "PLein Sud"", Place du Sud à Quaregnon.

 

3 terrils

Fiche technique à retirer au "Champ Pagnon", Bureau d'informations touristiques, Grand place à Quaregnon.



    

Posté par svlpn à 17:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 juillet 2008

NATURA 2000

Pour découvrir la nature, la marche demeure une voie royale d'exploration.

Entre le marcheur et les paysages qu'il traverse se tisse une histoire d'amour.

 


 

Parc Naturel des Hauts Pays

NATURA 2000

Circuits de promenade et points d'observation des espèces et habitats dans le

Parc Naturel des Hauts-Pays.

Balis_jumelage_gr_naturaTrois sites N 2000 sont concernés par le périmètre du PNHP:

- Hauts Pays des Honnelles. (Environ. 540 ha)

- Bois de Colfontaine. (Environ 840 ha)

- Vallée de la Trouille. (1320 ha dont environ 450 ha dans le parc)

 

Le Parc Naturel vous invite à les découvrir a travers ses sentiers. Vous pourrez ainsi admirer la beauté de ces sites protégés.

Arbre-descrip

 

 

6 circuits balisés ont été mis en place :

Le Réseau  - Cartes IGN 45,51   -1:100.000 - 1 cm = 1 km.

 

Nat-1-Réseau

 


 

Le circuit Dour – Colfontaine – Frameries – Quévy :

 

Situé au sud-ouest de Mons, ce circuit relie les sites Natura 2000 du "Bois de Colfontaine" et de la "Vallée de la Trouille". Il offre un parcours total de 34,5 km.


 

Circuits de Colfontaine: Boucles A + B + C

Nat-2-Colfont-A-B-C


 

Boucle A - 10 km entièrement dans la forêt de Colfontaine. Départ rue du Rossignol à Colfontaine ou Pavillon des chasseurs à Sars-La-Bruyère.

Nat-3-Colfont-A


 

Boucle B - 11 km en passant par les villages de Blaugies et Sars-la-Bruyère. Départ pavillon des chasseurs à Sars-la-Bruyère.

Nat-4-Colfont-B


 

Boucle C - 13,5 km, relie le site Natura de la forêt de Colfontaine à celui de la Vallée de la Trouille. Départ de la "poterie du donjon" à Sars-la-Bruyère.

Nat-5-Colfont-C

 

 


Le circuit Honnelles – Quiévrain :

Situé à proximité de la frontière franco-belge, au centre du triangle Mons – Maubeuge – Valenciennes, ce circuit est centré sur le site Natura 2000 du "Haut-Pays des Honnelles". Il offre un parcours de 32,5 km.

Circuits des Honnelles: Boucles A+B+C.

 

Nat-6-Hon-A-B-C

 

 


Boucle A - 4 km dans le Bois d'Audregnies.

Départ place de Montignies-sur-Roc, à la Taverne du Château.

Nat-7-Hon-A


 

Boucle B - 13 km, passe par Montignies-sur-Roc, contourne le Bois de Rampemont et traverse Autreppe. Départ de la place d'Onnezies face à al Maison du Parc.

Nat-8-Hon-B


 

Boucle C - 15,5 km, vous découvrirez Roisin et le Caillou-qui-bique et les bords de la Grande Honnelle. Départ de la place de Roisin.

Nat-9-Hon-C


 

Les fascicules :

Les circuits de promenades et les points d'observation sont repris sur un ensemble de plaquettes individuelles facilement consultables en randonnée.

Ces fascicules sont distribués au bureau du Parc Naturel des Hauts-Pays.

rue de l'Abreuvoir, 1 - 7387 Onnezies (HONNELLES) - Tél. : 065/46 09 38 - Fax : 065/ 75 58 48

E-mail : parcnaturel@pnhp.be

Site Internet : www.pnhp.be  

 

INFORMATIONS : www.pnhp.be  rubrique "Publications"

 


 


 

 

 


Le Parc Naturel des Hauts Pays vous présente 4 nouvelles promenades balisées :

1° Le circuit Louis Pierard - 6,5 km.

L

 

 

 

2° Le circuit Marlborough - 10 ou 15 km.

3° Le triangle des Stériles - 7,5 ou 11 km.

Tr

 

 

 

4° Le Ronde des Leus - 5 km.

Rando_des_leus

 

 

 

Celles - ci sont téléchargeables depuis la rubrique "Publications" de son site. (Voir ci-dessus)

 



 

Posté par svlpn à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 juillet 2008

Nature

Les espèces invasives !

 

Depuis plusieurs années, certaines espèces exotiques comme la Renouée du Japon, la Balsamine de l'Himalaya, la Berce du Caucase, ... se sont installées sur le territoire wallon avec plus ou moins de succès. Si leur impact sur la biodiversité est parfois négligeable, certaines espèces peuvent poser des problèmes graves si elles s’étendent. C’est notamment le cas de plusieurs espèces aquatiques qui peuvent détruire l’équilibre des étangs ou de rivières. Leur contrôle rapide est indispensable tant que les populations sont limitées.
D’autres espèces profitent des changements des conditions climatiques pour s’installer et se développer. Sans être un gain réel de biodiversité qui compense des pertes due à l’activité humaine, elles doivent aussi être surveillées attentivement pour mesurer leur impact sur les écosystèmes naturels ou semi-naturels.

 Les principales causes de cette évolution sont bien connues : la destruction continue des habitats naturels et semi-naturels qui conduit à leur isolement et à leur fragmentation, avec en particulier l’intensification agricole et l’eutrophisation qui lui est liée.  


 

 La Berce du Caucase

 Certaines plantes exotiques, introduites par l'homme en Europe, ont tendance à bouleverser l'équilibre de la biodiversité et peuvent parfois s'avérer dangereuses. Elles figurent sur la liste noire des espèces invasives en Belgique.

 

C'est le cas de la Berce du Caucase, aussi appelée berce des prés, berce géante ou

Berce1berce de Mantegazzi, une herbacée de la famille des Apiaceae.

 

Description : La berce du Caucase est une plante dont la hauteur peut atteindre quatre mètres. Elle est surmontée par une inflorescence en ombelle d'environ cinquante centimètres de diamètre. Elle a été introduite en Europe centrale au XIXe siècle dans les jardins botaniques en raison de ses qualités ornementales et s'est naturalisée dans toute l'Europe, notamment le long des cours d'eau.

 

Cette plante produit une toxine phototoxique. Cette toxine dans la sève provoque des inflammations et des brûlures de la peau. Si l'on n'expose pas à la lumière la zone infectée pendant plusieurs jours, la réaction ne se déclenche pas. La sève est incolore et inodore et les cloques provoquées peuvent atteindre la taille d'une pomme de terre.

Berce2

 

 

 

 

 

 

Amateurs de bouquets champêtres, Attention !  Ne cueillez pas sa grande ombelle portant fleurs blanches.

  

Qu'on se le dise !

 

  

Cette plante nuisible se propage en Wallonie. Aidez-nous à limiter son expansion !

 http://www.wallonie.be/berce

 

http://www.alterias.be/fr/

  


 La Renouée du Japon

     Non dangereuse mais aussi invasive,la Renouée du Japon s’est « échappée » des jardins et se propage le long des routes, des voies ferrées, des cours d’eau. Elle colonise progressivement les forêts, terrains vagues, marais et autres biotopes en éliminant les espèces courantes par monopolisation des ressources nutritives et du milieu. Reconnaissable par ses tiges, creuses, robustes et segmentées (aspect du bambou) ainsi que par ses fleurs blanches réunies en grappe (floraison d’août à octobre), la renouée du Japon forme de vastes massifs denses et impénétrables. Cette plante vivace se propage par de vigoureux rhizomes et son développement est spectaculaire : une plante peut grandir de plusieurs centimètres par jour !

 Comment l’éradiquer ?

S’armer de patience ; la renouée du Japon est un adversaire coriace ;

Procéder à deux arrachages par an (vers la mi-juin et début octobre) en veillant à bien extirper les parties souterraines et ce, jusqu’à disparition complète de la plante. Pour des peuplements plus importants, faucher en dessous du premier nœud mensuellement, de juin aux premières gelées et pendant plusieurs années à nettoyer les outils de tout résidu de terre ;

Eliminer les déchets par incinération (ne pas composter, ne pas stocker, ne pas transporter sans couvrir les résidus et ne pas déplacer les terres contaminées).

L98_Renou_e

Ravel Ligne 98 (Cuesmes)

 


  Nature étonnante !

    A qui pensez-vous ?

Nature_etonnante

 

  


 Je suis une plante sur laquelle vous pouvez marcher sans m'écraser ?

131188975_1_

La plante des pieds

 


 Le "VELCRO" au naturel

 

De retour d'une promenade vous avez ramené, accrochées à votre pantalon les capitules d'une "Bardane".

Bardane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bardanes sont des plantes bisannuelles souvent de grande taille, reconnaissables à leurs capitules dont les bractées se terminent par des sortes de crochets, ce qui permet à ces capitules de s'accrocher aux vêtements et au poil des animaux. Elles appartiennent au genre Arctium et à la famille des Astéracées (ou Composées).

Ces fruits ont inspirés un ingénieur suisse Georges de Mestral qui imagina d'appliquer ce mécanisme d'accrochage à deux bandes recouvertes chacune d'une texture différente.

 

Le "VELCRO" (acronyme de velours et crochets.)

 


  

Posté par svlpn à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Infos GR

QU'EST-CE QU'UN GR ?

  Différents des itinéraires de promenades pédestres de faible étendue qui ramènent le plus souvent le randonneur à son point de départ, les sentiers de Grande Randonnée, ou GR, se déroulent sur de long parcours permettant d'explorer pédestrement une région ou de réunir entre elles des contrées différentes.

 

Le balisage des sentiers GR consiste en marques à la peinture, plaquettes ou autocollants - traits rouges et blancs horizontaux - sur les rochers, les arbres, les poteaux, les murs, etc. Le trait blanc est toujours placé au-dessus du trait rouge.

Les signes sont doublés au x changements de direction; leur densité et leur dimension sont fonction du terrain.

 

Les balises des "GR"  :Balisages_gr

 

 

 

 

 

 

 

 

Les objectifs du balisage

Le balisage poursuit deux objectifs : le premier est d'orienter les usagers sur des tracés d'un intérêt paysager évident, le second objectif vise à promouvoir le tourisme local.

Un balisage de qualité rassure le promeneur et lui donne l'occasion de découvrir de belles régions.

 

 

 

Décret du 1/4/2004 relatif aux itinéraires touristiques balisé,.....


 

 

  

Le G R 129 J dans le Parc Naturel des Hauts Pays.

 

 

Carteliaison

 

 

Une liaison entre le GR122 français et le GR129.

 

 

En collaboration avec le SGR (Sentiers de Grande Randonnée) et notre Association "Sauvegarde des Voies Lentes", le Parc Naturel des Hauts Pays a travaillé à la mise en place d'une nouvelle liaison entre deux sentiers de grande randonnée existants.

 

Cette nouvelle liaison "GR 129 J" traverse de part en part le Parc naturel, elle relie les "GR 122 FR" et "GR 129 S" situés respectivement à l'ouest et à l'est du Parc. (De Sebourquiaux à Givry, soit 51,8 km de sentiers balisés dans les deux sens : traits blancs et rouges horizontaux.)   

 

 

À deux pas du Borinage, Le  randonneur découvrira les rivières qui ont modelé le paysage en creusant leurs lits à travers le haut plateau. (La petite et la grande Honnelle, L'Elwasmes, Le Colfontaine, Le By, La Wampe, La Trouille.)

Ce relief offre au randonneur une alternance de vallons charmants et romantiques et de tronçons champêtres aux vastes horizons. Le GR traverse  un chapelet de beaux villages tels que Angreau (le Caillou-qui-bique), Onnezies, Montignies-sur-Roc, Fayt-le-Franc, Athis, Blaugies, Petit-Dour, Sars-la-Bruyère, Quévy Le Petit, Bougnies et Havay.

 

 

 

Km_Gr129J

Vous trouverez la description de ce nouveau sentier dans le Topo-guide GR 129 La Belgique en diagonale, tronçon Ellezelles - Dinant à commander sur le site :

 

www.grsentiers.org

03_GR129HPUn baliseur,

PIERLE

 

 

 

(L'inauguration a eu lieu à Givry-Quévy le 25/2/2006.

  


  Un autre GR traversant la région Mons Borinage :

   

Le Sentier des Terrils - GR 412

 

Un itinéraire de près de 300 km parcourant toute la Wallonie, balisé blanc et rouge par le SGR.

Un hommage aux mineurs, venus parfois de loin, qui ont donné leur peine et, hélas, parfois leur vie, dans les charbonnages.

La traversée du Couchant de Mons :

Un itinéraire en ligne de 55,6 km passant par Bernissart, Hensies, Boussu, Dour, Colfontaine, Quaregnon, Frameries et Mons.

Complété par 3 circuits :

- 1. Sur les traces du Diamant Noir :

Une boucle de 9,7 km à travers les terrils et grand lacs résultant des affaissements miniers à Hensies et Bernissart, et la forêt de Bonsecours. Départ conseillé du Musée de l'Iguanodon à Bernissart. (Parking place de Bernissart.)

  

- 2. Terrils et ruelles de Colfontaine :

Une boucle de 14,2 km à travers les ruelles, terrils, bois et vallons de Colfontaine, Dour, Boussu et Quaregnon. Départ conseillé de l'ancienne gare de Wasmes. (Parking place de Wasmes)

  

GR_412_L98- 3. PASS, Levant et Héribus :

 

Une boucle de 15,9 km à travers les impressionnants terrils de Flénu, Cuesmes, Ciply et Frameries. Départ conseillé du parking du PASS.

Topo-guide   -  GR 412-0uest  Logo_chainedesterrils

 

 

 

  

www.terrils.be

http://cheminsdesterrils.wordpress.com/2010/11/09/le-sentier-des-terrils-ou-le-gr412/

  



 Randonnées en boucle

  

Une nouveauté des SGR, la création de randonnées en boucle d'environ 20 km.

Une nouvelle série de topo-guides, décrit ces RB.

Les topo-guides des provinces de Liège, Namur, Luxembourg et Hainaut sont édités.

 

 

Gr_Topo_guide_RBL'édition sur la province du Hainaut reprend notamment une boucle dans le Haut pays des Honnelles.

Pour infos complémentaires, voir notre lien "sentiers grande randonnée".

 

 

 

Depuis mai 2011, sortie du topo guide des Sentiers de Grande Randonnée :

 

18 randos vertes en boucle se déroulant dans les Parcs Naturels de Wallonie.

 

Pour le Parc Naturel des Hauts Pays : 2 parcours sur le GR 129 J

Le RB PN 1A départ d'Angre pour 18,1 km (raccouci 15,6 km)

Le RB PN 1B départ de Sars La Bruyère pour 19,6 km

 

Topo en vente sur le site des GR : www.grsentiers.org RB_parcs naturels

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Un jour de sentier.. huit jours de santé !


 

Topoguide : 16€ (moins réduction pour les membres)

Ø Cotisation-abonnement à la revue : 15€ sur le compte BE45 0012 0287 6889
    Avec les noms et adresses des bénéficiaires

Ø Contact : tresorier.adjoint@grsentiers.org



 

 

 

Posté par svlpn à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

30 juin 2008

Itinéraires Wallonie

Suppression d'un chemin, d'un sentier. Comment réagir ?

La problématique de défense des sentiers et chemins est assez complexe. Quand une "agression" est constatée, il faut réagir sans retard par un contact avec l'autorité communale. Une information vers une association s'occupant de mobilité lente et de petite voirie est également recommandée pour susciter des démarches officielles si c'est possible, afin de mettre un maximum d'atouts dans le jeu des opposants.

Depuis 2005 notre association est affiliée à "ITINÉRAIRES WALLONIE". Cette asbl participe concrètement à diverses actions de promotion et de défense de la petite voirie.

Nous vous invitons à la découvrir via son site www.itinéraireswallonie.be . Vous y trouverez "chemins faisant" les dernières nouvelles sur les chemins et sentiers. Mais aussi les textes légaux, articles de références et autres formulaires ou modèles de lettre pour vous aider à la réouverture de voies lentes.


Une disposition importante du Nouveau Code Forestier.

Le moniteur belge du 4/9/2009 a publié l'arrêté du Gouvernement Wallon relatif à l'entrée en vigueur et à l'exécution du décret du 15 juillet 2008 relatif au Code forestier.

Cette entrée en vigueur s'applique à partir du 14/9/2009.

Elle vise notamment tout le chapitre relatif à la circulation dans les bois et forêts (articles 13 à 29) sauf l'article 15 relatif à la circulation en période chasse qui reste soumis provisoirement à l'ancien code forestier de 1854.

"Il est interdit de dissuader la circulation sur les voies publiques qui traversent les bois et forêts, par la pose de panneau, d'entrave, d'enseigne, de signe ou d'affiche."

www.itinéraireswallonie.be


PIC Verts

PICVerts

Objectifs

Le PICVerts a pour objectifs la création d’un réseau local cohérent de voies communales pour usagers non motorisés (voies vertes, chemins et sentiers vicinaux), la promotion de son usage et sa protection, tant au niveau naturel que patrimonial.

Il s’agit de proposer une alternative à l’utilisation de la voiture pour des déplacements courts en offrant aux citoyens des itinéraires sécurisés et adaptés qui leur permettent de se déplacer à pied ou à vélo, sans emprunter des routes fréquentées par les automobiles.

A cet égard, les chemins et sentiers vicinaux forment un réseau de cheminements idéal pour rejoindre les lieux de vie de la commune : école, maison communale, bureau de poste, salle de sports, commerce... La plupart du temps, ils permettent également de découvrir des lieux insolites du territoire communal : établissements classés, points de vue remarquables, sites d’intérêt biologique...

Par ailleurs, ce réseau de chemins et sentiers constitue un parfait complément au RAVeL, facilitant la liaison de celui-ci aux centres des villages. Le PICVerts vise donc à sauvegarder ce réseau déjà existant, à le réhabiliter afin qu’il puisse répondre aux besoins nouveaux en matière de mobilité douce et de loisirs, et à le pérenniser.  Consultez les projets pilotes sur le site :

http://cartographie.wallonie.be/PICVerts/index

10 juin 2008

Orientation

Connaissances de base pour utiliser une boussoleRosevents

Normalement nous utilisons les mots "NORD" "SUD" etc. … sans penser plus loin mais nous devons réaliser qu'il y a deux sortes de Nord, un Nord Géographique (indiqué sur la carte), et un Nord Magnétique. (Indiqué par la boussole)

      

Le Nord géographique est utilisé dans le monde entier en commun. Les lignes de longitude sur une carte sont dessinées en relation directe avec le pôle géographique et elles indiquent la direction du Nord géographique. La direction de ces lignes de longitude est différente comparée à la direction indiquée par l'aiguille magnétique. Sur une carte ordinaire, la partie du haut est en direction du Nord et la partie du bas est en direction du Sud. En conséquence, la partie droite indique la direction Est (E) et la partie gauche indique la direction Ouest (W).


 

Variations magnétiques.

 

Les pôles magnétiques sont près des pôles géographiques mais ne coïncident pas. L'angle entre les deux lignes droites pointées à partir du point d'observation en direction du Nord géographique et du Nord magnétique est dénommé: Déclinaison magnétique.

 

La déclinaison magnétique varie de place en place à travers le monde.

Les lignes de déclinaison équivalentes sont très irrégulières. Néanmoins, chaque carte topographique de différentes régions vous donnera la déclinaison magnétique régionale.

 

Quand vous donnez une direction de x degrés, vous devez soit déduire, soit ajouter le nombre de degrés de variation locale qui dépend de quel côté de la ligne de déclinaison zéro vous vous trouvez pour obtenir le nombre correct de degrés de la direction..

 

Vous avez peur de perdre le Nord ? Votre montre vous donne le sud !

 

Montre

 

Très utile si on a perdu à la fois le nord et sa boussole.

- Pour retrouver le sud, il suffit de retarder sa montre de 2hOO. (1h00 en hiver)

- Puis, diriger la petite aiguille vers le soleil. Tracer une ligne entre l'heure indiquée et midi.

- A partir du centre de la montre, tracer une perpendiculaire.

- Du côté des aiguilles se trouve le sud. De l'autre côté le nord.

 

 

 

 

 


Tout homme qui marche peut s'égarer. [Johann Wolfgang von Goethe]

 


Le GPS (Global Positionning System)

 

A l'origine système de repérage par satellite mis au point par et pour l'armée américaine, aujourd'hui la norme en matière de "navigation" civile.

 

En 1988, une part du réseau fut dédiée aux usages personnels et le premier GPS portable apparut.

 

Le GPS vous aide à faciliter vos déplacements vers votre destination. Il vous positionne sur la carte et/ou plan en fonction de la direction de votre déplacement. Les coordonnées géographiques vous donnent l'information de positionnement.

 

 

 

Les "waypoints" et les routes

 

 

A partir du moment où le GPS calcule votre position et connaît votre point de destination (Point de départ de nos promenades), il affiche le cap à prendre, la distance à parcourir ainsi que l'heure estimée d'arrivée en fonction de votre vitesse de déplacement.

Le GPS mémorise vos sites favoris. Vous pouvez aussi enregistrer vos promenades favorites.

 

 

 

Localiser le point de départ ou les coordonnées GPS d'une promenade.

 

 

Pour trouver la longitude et la latitude d'une adresse ou localiser les coordonnées GPS d'un point sur une carte, saisissez l'adresse ou les coordonnées GPS du point recherché sur le site http://www.gps.evasion.com. (Par exemple : 7390 Wasmuël ou 50.44565  3.84679)

Wasmu_l_place_borne_01

 

 

 

 

 

Borne géodésique de l'I.G.N.  (Wasmuël, altitude 31 m.)

 

 

Vous possédez un GPS et vous aimez la marche consultez le site : http://www.tourismegps.be

 

GALILEO est un projet alternatif au GPS, en cours de développement au plan Européen.



 

Lire_carteLe GPS nous évite de devoir ouvrir une carte, mais peut être qu'à cause de lui, un jour nous ne saurons plus la lire !!!


 

Cartographie

La cartographie

Provinciawalloniae

 

 

 

 

L'établissement des cartes a suivi l'évolution générale des techniques et des sciences, notamment des mathématiques, de l'exploration aérienne puis spatiale (avec les satellites) et, plus récemment, de l'informatique avec les systèmes d'informations géographiques.

 

  

L'apport de l'informatique

 

 À partir de 1990, la situation de la cartographie a changé de façon radicale à la suite de l'introduction de l'informatique dans la fabrication des cartes. Les premiers travaux semblent avoir été le fait de météorologistes, de biologistes et d'autres chercheurs dans le monde entier.

  

Ces études ont transformé la cartographie. Les cartes sont désormais construites à partir de bases de données informatisées.

Les systèmes d'informations géographiques (SIG)

 

 Jusque vers 1985, les rôles des divers spécialistes de la cartographie topographique étaient clairs et évidents. Le géodésiste effectuait les observations détaillées et les calculs qui définissaient la forme fondamentale du pays. À partir de cette information, des arpenteurs géomètres mesuraient les détails au sol ou des photogrammètres analysaient des photographies aériennes. Les cartographes mettaient tous ces résultats sous une forme attrayante, alliant une grande élégance graphique à une présentation efficace et non ambiguë de l'information. Les géologues et les pédologues, par exemple, utilisaient ces cartes comme une base à partir de laquelle ils pouvaient rassembler les données qui les intéressaient.

Cependant, à partir du milieu des années 1980, cette structure bien établie à été bouleversée par l'arrivée de techniques nouvelles. Une grande partie du travail hautement qualifié a été déqualifié par l'introduction des satellites du Global Positioning System (GPS) et des nouveaux appareils de prospection.

 

 L'échelle d'une carte

 En cartographie, rapport existant entre la distance qui sépare deux points à la surface de la terre et sa représentation sur une carte.

 L'échelle est indiquée des trois façons suivantes sur les cartes : d'abord comme rapport ou fraction, ainsi la valeur 1:20 000 ou 1/20 000 signifie qu'une unité de mesure sur la carte correspond à 20 000 fois la même unité à la surface de la terre.

 

Ensuite comme échelle graphique, habituellement sous la forme d'une ligne droite sur laquelle sont précisées les distances (la plupart du temps en kilomètres ou en miles).

 

Enfin, l'échelle peut être indiquée par une phrase, du type «1 cm représente 200 m» (c'est-à-dire 1 cm sur la carte représente 200 m à la surface de la terre). Plus l'échelle d'une carte est élevée, plus elle s'approche de la taille réelle de la partie représentée. En effet, comme toute fraction, une échelle est d'autant plus petite que son dénominateur est grand. Les cartes à petite échelle correspondent donc à de grandes superficies terrestres et elles sont moins détaillées que les cartes à grande échelle.

Mercator

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La topographie

 

En cartographie, la topographie est la représentation graphique détaillée des reliefs naturels et artificiels présents à la surface de la terre sur les cartes et les plans.

 

Ces reliefs sont généralement représentés à l'aide de courbes de niveau qui joignent les points d'une surface situés à une même altitude. Ces courbes sont tracées à intervalles fixes et équidistants. Toutes les quatre ou cinq courbes, l'altitude est précisée sur l'une d'elles, caractérisée par un trait plus épais; elle est alors dite courbe "maîtresse", tandis que les autres courbes sont des courbes "intercalaires". Bien que la technique des courbes de niveau n'offre pas une image visuelle du relief aussi claire que l'estompage, elle demeure néanmoins la plus fidèle représentation topographique d'un relief.

  



 Le curvimètre

curvim_tre

Le curvimètre permet de calculer les distances réelles à partir d'une carte. En faisant rouler la bille du curvimètre sur la carte le compteur affiche la distance parcourue en cm qu'il vous suffit de mettre en regard de l'échelle de la carte. Par exemple pour une carte au 1/25000eme 1cm représente 250m.

 

 


 


 Repère altimétrique  (Borne géodésique de l'IGN )

  

Une borne géodésique est un repère permanent marquant très exactement l'emplacement d'un point géodésique dont on connaît précisément la longitude, la latitude et l’altitude.

wasmu_l_place_borne_02

 

Le service du nivellement est responsable les réseaux géodésiques en altimétrie.

Ce n'est qu'en 1945 que l'Administration du Cadastre et de la Topographie a eu dans ses attributions la création et la maintenance d'un réseau de nivellement national, permettant de déterminer des ALTITUDES par rapport au niveau de la mer au niveau national.

En 1990, l'état du réseau ne correspondant plus aux exigences des utilisateurs, l'Administration a entamé les travaux de renouvellement du réseau de nivellement général (NG95) en collaboration avec les spécialistes de l'Institut Géographique national belge (IGN-B). Ces travaux ont englobé la pose de 3700 chevilles ainsi que le nivellement aller-retour sur les lignes de nivellement.

Ainsi notre pays dispose d'un réseau altimétrique des plus modernes et précis qui soient, ceci à l'échelle nationale.

 

  


  

07 janvier 2008

Voies Lentes - RAVeL -Voies vertes

Des chemins de fer aux Voies Lentes

 

Définitions:

Le sentier : Voie ouverte à la circulation du public, étroite, dont la largeur, inférieure à 1 m, n'excède pas celle nécessaire à la circulation des piétons.

  

Le chemin : Voie ouverte à la circulation du public, en terre ou empierrée, plus large qu'un sentier, qui n'est pas aménagée pour la circulation des véhicules en général.

  

Le RAVeL : Voies de chemin de fer et lignes vicinales désaffectées, chemins de halage réservées au trafic non motorisé. 

 

Le Chemins de fer au Borinage et environs

  

Dans l'histoire, les premières lignes de chemin de fer industrielles desservent exclusivement les charbonnages.

En 1830 le rail déjà présent au fond des mines fait surface, Henri de Gorge fondateur du Grand-Hornu décide de poser des rails  sur un trajet de 1800 m entre sa concession et le canal de Mons à Condé creusé entre-temps. Les chariots étaient alors traînés par des chevaux sur cette première ligne de chemin de fer.

En 1836, création des chemins de fer du haut et du bas Flénu.

De 1836 à 1840 la Compagnie du chemin de fer de Saint Ghislain  se développe, on voit se créer les gares charbonnières et formations de Dour et de Warquignies.

   

Des raisons économiques, politiques et financières amènent l'Etat à reprendre ces lignes industrielles les unes après les autres pour former ainsi le réseau du Borinage.

  

En 1926 la Société Nationale des Chemins de Fer Belges est créée.

 

 Á partir de 1960, on assiste partout en Europe à l'explosion du transport individuel : les États consacrent des budgets considérables à la construction de réseaux d'autoroutes. Le rail, par contre, ne jouit pas de la même attention : déclin du transport public dans un climat général d'individualisme, image de marque vieillie d'un chemin de fer qui a tardé à s'adapter aux modes de production nouveaux, explosion du trafic automobile et des camions… C'est l'époque de la suppression systématique des lignes ferrées rurales jugées non rentables. Ainsi plus de la moitié du réseau national disparurent sans bruit en vingt ans.

Aujourd’hui, ces lignes désaffectées retrouvent une seconde vie, elles deviennent petit à petit de magnifiques voies vertes.

 

   Sur Facebook :    https://www.facebook.com/groups/137566353951/


  

  

Que sont devenues ces anciennes lignes déferrées ?

 

 Chemin de fer du haut et du bas Flénu:

 

- De Jemappes à Flénu Central (plan incliné). Disparu, une rue de Jemappes porte son nom.

- De Flénu Central au rivage du Canal de Mons à Condé via Quaregnon Central. Ligne disparue, remplacée par des lotissements et le Chaussée de l’Espérance à Quaregnon, carrefour « Salik »)

 

http://maps.google.be/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=106235661482530507404.000466317609571ba9d00&z=11

 


 RAVeL Ligne 98

De Mons à Quiévrain via Cuesmes, Flénu Produits, Pâturages, Wasmes,   Warquignies, Dour et Élouges: Terminé de Cuesmes ( rue de Ciply) à Quiévrain et bifurcation vers Angre (L 98A).L98_Clara_escaliers_02

 

 

Il continue de Wasmes (terril du 6) vers Dour. Après Dour, bifurcation vers la droite vers Elouges et Quiévrain (Gare).

 

  

Ravel_L98_rueG

 

 

 

La ligne 98 traversait le Borinage de Mons à Quiévrain. Le 1er juin 1868 un premier tronçon de la ligne, Mons – Wasmes en passant par Cuesmes – Flénu – Pâturages est ouvert au trafic ferroviaire.  En 1874 à Wasmes, un remblai barre la vallée de l’Elwasmes la ligne peut être prolongée jusqu'à Quiévrain.

 

  


 Après Dour bifurcation vers la gauche sur:

Le RAVeL Ligne 98 A

De Dour à Roisin-Autreppe : Terminé jusqu'à l'entrée du Bois d'Angre.  Prolongement jusqu'à la gare de Roisin-Autreppe en     ?   .

   

La ligne 98 A, cette liaison ferroviaire entre la Belgique et la France via Roisin-Autreppe date de 1882. Dour avait logiquement été choisi comme point de jonction entre la ligne 98 traversant le Borinage et la ligne internationale 90a Saint Ghislain-Bavay-Cambrai. Elle est fermée aux voyageurs le 29.5.1960 et démontée en 1969.

 

Cliquez sur :

L98A_promenade01 - L98A_promenade02

 

PETITION

 

Le RAVeL (ligne 98A) franchira-t-il le Bois d'Angre ?

 

Au départ de l'ancienne gare de DOUR

Fin provisoire à l'entrée du Bois d'Angre.

 

 Actuellement, le RAVeL traversant le Borinage se termine à l'entrée du Bois d'Angre sans continuité ou point d'accroche pour les usagers. La zone "Natura 2000" située un peu plus loin dans le bois d'Angre empêche la poursuite des travaux permettant une liaison directe avec la France et le réseau REVER. Pourtant, des aménagements respectant la nature et l'esprit RAVeL sont techniquement envisageables…

L98A_Angre_terminus

Le RAVeL restera-t-il à jamais inachevé ?

 

Une pétition, signée par plus de 2000 citoyens de la région, sera envoyée début octobre à Mr Philippe HENRY Ministre de l'Environnement.

 

 

Merci de votre collaboration.

 

Ravel_presse_23_12_2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



RAVeL Ligne 98 B

De Warquignies à Saint Ghislain-Rivages via Boussu-Route: Ravel terminé de Warquignies à Boussu (Petit Bruxelles).

 

L98B_Boussu_Moneste

 

La ligne 98 B, Warquignies aux Rivages du Canal de  Mons à Condé.
Cette ligne industrielle de 5 km, soumise à péage, est exploitée par la Compagnie du chemin de fer de Saint Ghislain dès le 10 juillet 1840. Elle relie Warquignies à Warquignies-Rivages soit Hornu à Saint-Ghislain.

 


 


 

 

La carte des RAVeL du Borinage et des Hauts Pays:

http://maps.google.be/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=106235661482530507404.000466317609571ba9d00&z=11

 

Pour en savoir plus sur l’historique de ces lignes de chemin de fer, gares et raccordements industriels, consultez le site: http://sagagares.blogspot.com.

En mai 2009, sortie d'une première édition de la série " La Saga des gares de la ligne....."

En 2010, sortie du second livre sur la ligne 98 et ses annexes.



 Le RAVeL 98 C

  

L'aménagement du RAVeL de la ligne 98 C est terminé. Il prend son départ à l'arrière du site du Grand-Hornu pour  terminer  sa course à la gare de Frameries en passant par le parking du PASS.

Il parcourt ainsi l'ancienne ligne de chemin de fer 98 C Frameries – Saint-Ghislain déferrée en 1989.

 

Grand-Hornu – Frameries = + 6 km.

 

(Une section de 300 m ne permet pas pour l'instant la traversée du PASS à Frameries. Un aménagement est à l'étude.)

  

Cliquez sur :  Ligne_98C_V

  

Histoire de ligne 98 C ex.102.

Frameries - Saint Ghislain via Flénu Produits, Monsville, Hornu.

En 1856 (AR 4/8) le Chemin de fer de St-Ghislain  décide de prolonger son réseau jusqu'à la station de Frameries. Il ouvre la ligne au trafic en juillet 1858. A partir du 10/12/1867 elle est exploitée par la Société Générale d'Exploitation des Chemins de fer, société constituée des apports respectifs des sociétés fondatrices, notamment des lignes de la Cie des Chemins de fer de Mons à Hautmont et de St-Ghislain  ainsi

laboule

que de la S.A. des Chemins de fer du Haut et du Bas Flénu.

 

 

 

Pour en savoir plus sur l’historique de ces lignes, gares et raccordements industriels, consultez le site http.//sagagares.blogspot.com

 Une branche part de Flénu-Produits vers Cuesmes  (Ligne 98).

 Grand-Hornu  - Cuesmes  = + 7 km.

 

  



 Le Nord de la France à aussi sa voie lente.

  

La voie verte de l'Avesnois

Une portion de l'ancienne voie ferrée Maubeuge–Trélon (1885) s'est transformée en voie verte, 30 km de nature dans la vallée de la Solre et de l'Helpe Majeure.

  

Avant c’était en train que l’on circulait sur cette voie ! Aujourd’hui, à pied,  cheval ou en vélo, mais surtout pas en véhicule à moteur, le sentier émeraude offre un véritable joyau de nature aux randonneurs qui, en le suivant, empruntent ainsi un tronçon du chemin de Compostelle et une partie de la piste cyclable Paris Moscou.

De Ferrière-la-Grande à Choisies, cette promenade au coeur du bocage de Sambre-Avesnois dévoile les trésors de ce vert territoire à l’état pur.

Situé sur l’ancien réseau ferré, cet axe de randonnée, accessible aux personnes à mobilité réduite, fleure bon les histoires de train : celui qui emmenait quotidiennement son contingent de travailleurs à l’usine ou les femmes au marché de Maubeuge. Cet espace de détente relie la jolie ville fortifiée par Vauban à la base de loisirs du ValJoly en passant auprès de typiques villages aux maisons en pierre de taille et ardoises bleutées, bordés de pâturages verdoyants et de haies champêtres où s’épanouissent les charmes têtards. Il emmène les amateurs d’art et de savoir-faire du musée de la poterie de Ferrière-la-Petite, au musée du verre de Sars-Poteries en faisant un détour par l’atelier musée du verre de Trélon.

En chemin, n’oubliez surtout pas de saluer les autres promeneurs, car là-bas vous êtes sur le sentier « poli » : tout le monde se dit bonjour!

  

Cartes IGN 2806 et 2807 O (France)         -         www.cdt-nord.fr

 


 


 

 

Les VOIES VERTES

A pied, à vélo,... les voies vertes au quotidien.

 

http://www.oevv-egwo.org/templates/home.php

http://www.frw.be/fileadmin/user_upload/frw/publications/CT9_Voies_vertes.pdf

 



 

 

Posté par svlpn à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

06 janvier 2008

Le Parc Naturel des Hauts Pays

Logo

Qu'est ce qu'un Parc Naturel ?

 

Selon le Décret du 16 juillet 1985, un Parc Naturel est un territoire rural, d'un haut intérêt biologique et géographique, soumis à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné. (Il couvre une superficie minimum de 5.000 ha)

 

Le Parc Naturel des Hauts Pays

 

Le territoire du Parc Naturel des Hauts-Pays occupe une longue bande de terre qui s'allonge sur 27 km, coincée entre l'agglomération de Mons-Borinage et la frontière française. Cette bande frontalière d'à peine 160 Km2, dont l'altitude n'atteint jamais les 200 m est divisée en deux parties plus ou moins égales, par la seule véritable forêt du Parc naturel, la forêt de Colfontaine et ses dépendances.

 

A l'ouest, le Haut-Pays de Roisin une micro-région à la morphologie du type ardennais;

 

A l'est, entre Blaregnies et Sars la bruyère, le sommet de la zone de partage des eaux qui sépare les deux principaux bassins hydrographiques du pays : l'Escaut via la Haine, et la Meuse, via la Sambre dans son parcours français.

 

C'est en additionnant les deux que les responsables se sont permis le pluriel de "Hauts-Pays".

 

Territoire couvert: Environ 16 000 ha.

 

Six communes sont concernées:

- Colfontaine (en partie)

- Dour : Blaugies, Petit-Dour, Wihéries, Elouges (la partie Sud).

- Frameries : Sars-La-Bruyère, Noirchain.

- Honnelles (en entièreté)

- Quévy (en entièreté)

- Quiévrain : Baisieux, Audregnies.

 

Une belle région qui ne demande qu'à être découverte, visitée et explorée!

 

Parc Naturel des Hauts-Pays -  www.pnhp.be

 

Panneau route

 

 

 

A.S.B.L. Commission de gestion du Parc Naturel des Hauts Pays.

(Organe en charge de la gestion des projets et du personnel du Parc Naturel)

Le Président de notre association est membre de cette nouvelle structure.

Il continuera ainsi à s'impliquer dans le développement de notre région.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

Posté par svlpn à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 janvier 2008

Santé

Marcher santé


Lève-toi et marche !

 

Conseil santéMarcher pour aérer sa tête, marcher pour entretenir son corps, marcher pour cultiver son esprit, marcher pour partager un bon moment avec d'autres. Qu'importent les motivations, marcher c'est bon !

 

On sait qu'une longue période d'inactivité accélère la fonte des muscles,

Leur faiblesse constitue la cause de nombreux problèmes (lombalgies, etc...)

 

Changez vos habitudes de vie : moins de poids, moins de stress, moins de voiture, plus de marche !

 

Venez nous rejoindre le dimanche matin pour une remise en forme assurée à la rencontre avec des paysages, des villages et des hommes.

http://pages.infinit.net/fa/

  

Vous savez ...

 

Que l'oxygène est le constituant vital de tous les tissus vivants, il constitue 60 p 100 du corps humain.

 

Savez vous ...

 

Qu'une balade à travers bois est une source d'oxygène non négligeable. Les arbres, les plantes en produisent plusieurs litres par jour.

 

Alors ... qu'attendez vous, faite le plein d'énergie ! Venez nous rejoindre lors de nos promenades en pleine nature.

  

Prendre l'air et la lumière même en hiver!

 

Bonhomme_neigePrendre l'air et surtout la lumière nous assure de disposer de la dose journalière de vitamines D nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme.

Qu'il caille, qu'il pleuve ou qu'il vente, mettez le nez dehors!

 


 Partez du bon pied !

 

Nous ne nous soucions pas assez de nos pieds. Ils ont pourtant une importance capitale pour la santé et la mobilité.

 

 chaussettes

Comment éviter les ampoules aux pieds?

Le plus logique pour éviter les ampoules est d'éviter les frottements et pour ça, il est important d'être bien chaussé!

Le choix de la chaussure est donc primordiale, mais celui de la chaussette à également son rôle à jouer.

Il vous reste ensuite à protéger vos pieds pour éviter les ampoules, vous pouvez mettre du talc dans vos chaussettes, couper vos ongles à ras et il existe des pommades qui font comme une double peau ce qui évite les frottements. Vendue en pharmacie.

 

 


 

Pour que la randonnée ne devienne pas une « sortie champignons » !mycose

 

Les kilomètres à pied, ça n’use pas que les souliers.

 

Les longues marches favorisent en effet les microtraumatismes : échauffements, ampoules, crevasses…

Faites avec des chaussures de randonnée trop étroites ou mal ventilées, ces balades peuvent même favoriser l’émergence d’une infection par des champignons

 

Ces infections constituent une menace sérieuse pour des pieds déjà malmenés par la marche. Les plus désagréables sont les mycoses provoquées par des champignons microscopiques. Sournois, ceux ci raffolent de chaleur et d’humidité, ils ciblent le pied mais également l’ongle du gros orteil. Ils se nourrissent de la substance dure de l’ongle, la kératine. Un ongle atteint par un champignon change d’aspect, il s’épaissit, se décolle, s’effrite jusqu’à disparaître si l’on ne fait rien.

Pour éviter ces mauvaises surprises, « veillez à ne pas utiliser de chaussures ni de chaussettes en matière synthétique, dans lesquelles les pieds transpirent excessivement »

Si malgré vos précautions vous constatez ce changement d'aspect des ongles, n’attendez pas pour consulter un médecin.

C’est à un médecin généraliste ou dermatologue, et non à un pédicure podologue que vous devez montrer un ongle abîmé. Un traitement médical est toujours indispensable.

 

 


 

 Tiques… pas de panique

 Tique-01Les tiques, ces acariens guettent sournoisement une victime à vampiriser. Les tiques grimpent sur la végétation. L'occasion alors pour elles de se laisser choir sur un randonneur ou autre mammifère de passage. Les tiques peuvent transmettre parfois plusieurs maladies comme la piroplasmose, la maladie de Lyme. Cette dernière peut être responsable de graves symptômes musculaires, articulaires, nerveux et cardiaques. C'est sans compter les réactions inflammatoires ou allergiques locales, sources d'intenses démangeaisons.

Que faire pour éviter d’attraper ces maladies ?

De retour d'une promenade champêtre, vérifiez qu'aucune tique n'a jeté son dévolu sur vous. Auquel cas, il faut l'ôter avec une pince à épiler, ses ongles ou un outil spécial vendu en pharmacies.

Veuillez à retirer l'acarien en pinçant la tête au contact immédiat de la peau, puis désinfecter.

Pas de panique toutefois ? Ces maladies ne se transmettent que lorsque l'on garde la tique sur soi pendant plus de 12 heures. 

"Vous n'avez pas la pince adéquate ! Un remède miracle pour extraire les tiques !

Imbibez une boule de coton d'une noisette de savon liquide. Appliquez-là sur la tique et tamponnez pendant 15 à 20 secondes. La tique va spontanément se détacher et se coller au coton quand vous l'enlèverez."

Jean Pierre Bailly (GR Sentiers)

 

 


 

Posté par svlpn à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Marcher

Marcher santé

Bougez bien, bougez malin !Bottine
La balade, un passe-temps sain et récréatif.

Il existe une solution simple et agréable pour se maintenir en bonne santé à tout âge : la marche à pied.
Sachez que les bienfaits de la marche sont multiples. Une bonne balade améliore non seulement votre circulation sanguine, mais réduit également votre tension artérielle et facilite votre sommeil. Enfin, elle vous permet également de contrôler votre poids et augmente sensiblement votre souplesse.
La marche à pied ne requiert aucun équipement particulier, en dehors d'une bonne paire de chaussures, et peut se pratiquer en toute saison. Seul où en groupe, elle est à la portée de tous. Finalement, quoi de plus naturel pour l'homme que de marcher.
Alors pourquoi ne pas joindre l'utile à l'agréable, en découvrant les recoins secrets de notre parc naturel des Hauts-Pays !

 


 La bonne chaussure de marche ?

Pour une promenade ou une petite randonnée d'au moins 10 km, pas besoin de chaussures de haute montagne.
Privilégiez les chaussures avec une tige basse ou mi-haute, imperméables à sens unique. (seule la transpiration s'évacue)
L'essayage sera effectué en fin de journée, au moment où les pieds sont un peu plus gonflés, avec des chaussettes épaisses.
Une fois la chaussure lacée, assurez-vous que les talons sont bien maintenus, sous peine d'ampoules et d'irritations.
Les orteils doivent être à l'aise et ne doivent pas buter contre le bout de la chaussure, même en descente.
Ne vous lancez pas pour une randonnée avec vos bottines neuves. Portez-les d'abord chez vous, le temps de les assouplir.

Comment entretenir vos bottines ?

- Retirez les semelles pour qu'elles puissent bien sécher.

- Eliminez la boue à l'eau courante avec une brosse.

- Remplissez vos bottines de vieux journaux. Ne séchez pas vos bottines en plein soleil ni près d'autres sources de chaleur sous peine d'en "brûler" le cuir ou d'en craqueler le matériau synthétique.

- Le cuir doit être régulièrement nourri  à la graisse ou au "spray".

- Les oeillets (retirés) et crochets peuvent protégés par la graisse ou la vaseline.

 

Pour la marche, le plus beau chapeau du monde ne vaut pas une bonne paire de chaussures. [Pierre Dac]

 


 Marcher en sécurité

Place des piétons sur la chaussée ?

Balance

Moins de 5 personnes

 

Dans la mesure du possible, vous devez toujours emprunter les trottoirs ou les parties de la voie publique réservées aux piétons. Celles-ci sont parfois indiquées par un signal routier.

 A défaut, vous pouvez emprunter les accotements ou, en l’absence de ceux-ci, la piste cyclable ou les zones de stationnement. Attention: sur la piste cyclable, vous devez céder le passage aux cyclistes et aux cyclomotoristes tandis que, sur les zones de stationnement, ce sont les conducteurs qui ont priorité.

 Trottoir

A défaut de ces aménagements, vous pouvez emprunter la chaussée. Vous devez, dans ce cas, circuler du côté gauche dans le sens de votre marche, en vous tenant le plus près possible du bord. Si vous vous déplacez en groupe de moins de 5 personnes, il vaut mieux marcher en file indienne.

 

 

 

Traverser: S’il existe un passage pour piétons à moins de 30 mètres environ, vous êtes tenu de l’emprunter.

passage piétons

 En l’absence d’un passage pour piétons, choisissez un endroit de traversée où vous avez une bonne visibilité et d’où l’on vous voit bien.

 Ne traversez pas dans un virage, au sommet d’une côte, sous un pont ou entre des véhicules en stationnement.

 

En groupe (plus de 5 personnes)

 C'est essentiellement l'article 42 du code de la route (Arrêté royal du 1 décembre 1975), tel que modifié par l'arrêté royal du 4 avril 2003, qui réglemente cette matière.

C'est ainsi que l'article 42.3 stipule que "Les groupes conduits par un guide sont soumis aux règles générales qui s'appliquent aux piétons. Ils peuvent marcher sur la chaussée, auquel cas ils doivent emprunter le côté droit le plus près possible de celle-ci.

Notons qu'il sera néanmoins plus prudent d'emprunter un trottoir et/ou un accotement praticable.

Toutefois les groupes de piétons composés de cinq personnes et plus, accompagnés d'un chef de groupe, peuvent également emprunter le côté gauche de la voirie. Dans ce  cas, ils doivent marcher en file indienne.

 

  

Guides d’un groupe

Fluoman

En cas de traversée d’un (grand) groupe, la présence de plusieurs guides sera généralement indispensable. En pratique, les guides se postent sur la chaussée pour protéger la traversée.

Depuis le 1er janvier 2004, les guides ont la possibilité de donner des indications dans la circulation afin d’assurer la sécurité d’un groupe de piétons. Pour arrêter la circulation, ils doivent utiliser un disque représentant le signal C3.

 (Disque blanc cerclé de rouge diamètre minimum 150 mm.)

Attention: les indications données par les guides d’un groupe ne sont pas à confondre avec les injonctions des agents qualifiés (tels que les policiers). Les indications ne priment pas sur les signaux et les règles de circulation.

 Marcher en sécurité seul ou en groupe :

 

http://www.ibsr.be/?menu=nouveautes&artikel=2

 Bonne marche.

 



 LE PODOMETRE

Pas_pasdroite

 

Qu’est-ce qu’un podomètre ?

Le podomètre est un appareil qui enregistre le nombre de pas, le chiffre apparaissant sur le boîtier correspond au nombre total de pas que vous avez effectués.

Les plus sophistiqués convertissent ce nombre de pas en kilomètres parcourus.

Avant d'utiliser cet appareil veuillez donc l'étalonner, c'est à dire y introduire la longueur de votre foulée. Celle-ci varie d'une personne à l'autre !

 

Comment l'étalonner ?

La longueur de votre foulée  est la distance entre la pointe de votre pied gauche et le talon du pied droit au moment ou il touche le sol lors d'une marche normale. C'est cette donnée qui doit être introduite dans l'appareil. (Longueur du pas X nombre de pas = distance parcourue)

 

Est-il fiable?

La marge d’erreur du podomètre se situe entre 1 % et 5 %, pour autant que son étalonnage ait été calculé correctement.

 

Où le placer?

Le podomètre doit être maintenu à la verticale pour bien détecter les mouvements. Placez-le juste au-dessus des hanches, en ligne avec les genoux; attachez-le à votre ceinture ou à votre pantalon.

 

 



 CIRCULATION INTERDITE !

Fermeture provisoire des chemins et sentiers en forêt.

Chasse

La période d'octobre et décembre n'est pas toujours propice à la promenade, de nombreux cheminements étant momentanément interdits à la circulation en raison de l'exercice du droit de chasse.

Chasse_affiche

 

La fermeture d'une zone de chasse est matérialisée au moyen d'affiches positionnées aux différents points d'entrée de la forêt.

Ces affiches indiquent la durée d'application de la mesure d'interdiction.

 

 

 

 

 

Autres interdictions

En dehors de cette période de Chasse d'autres panneaux peuvent vous interdire dePassage_interdit_for_t circuler en forêt.

Lorsque la circulation présente un danger pour la sécurité des personnes :

- en raison de l'accomplissement des travaux dans le cadre de la gestion des bois et forêts.

- en raison de risques de chute de branches ou d'arbres.

- en cas de risques d'incendie.

- pour raison sanitaire.

- pour la protection de la nature (Période de nidification ou de reproduction d'espèces d'oiseaux.).

 

Pour votre sécurité, ne pénétrez jamais dans une zone fermée, même si celle-ci n'a pas été clairement annoncée.

 

Pour en savoir plus, consultez le code forestier.

 


 L' Hymne du Randonneur.

musique

Http://www.youtube.com/watch?v=p4YVee_XFEI&feature=player_embedded

 


03 janvier 2008

Profil de l'auteur

Retraité après 40 ans de service à la SNCB, j’ai gardé mon âme de cheminot. Je me passionne toujours pour les trains et les anciennes lignes de chemin de fer.

 

Depuis ma retraite, je m’adonne à plein temps à ma seconde passion, les promenades dans la nature. Je chemine entre sentiers et terrils. J’organise des promenades dominicales pour l’Association « Sauvegarde des Voies Lentes et du Patrimoine Naturel ».

 

La découverte de ma région par les chemins de traverse m’a permis de proposer à l’asbl Sentiers de Grandes Randonnées le balisage d’un GR traversant le  Parc Naturel des Hauts Pays d’Ouest en Est. De ce fait j’ai rejoint la grande famille des baliseurs. (Le 129 J - 51,8 km de Sebourg à Givry)

 

Pendant 4 ans, à la demande d’ Eric Cornu et de Jean Delplan  j'ai collaboré activement au recensement des gares et points d’arrêt du Hainaut. Un travail réalisé pour les lecteurs de La Province et de Nord Eclair. (Voir lien Sagagares)

 

Ce blog résume bien mes passe-temps favoris. Si vous aimez les promenades en pleine nature, venez nous rejoindre le dimanche matin.

Pierre Lemal

 

Les accompagnateurs : Bernard, Fernand et Serge.

   

Posté par svlpn à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Bienvenue

svlpn2

Marcher, c'est bon à tout âge.

La marche en pleine nature est excellente pour la santé. Elle convient à tous les âges et peut donc être un excellent moment passé en famille ou entre copains.

Notre association organise des promenades en pleine nature dans le Parc Naturel des Hauts-Pays et environs.

Zonesvlpn

 carte

Ces promenades guidées de + ou - 10 km (2h30) vous feront découvrir nos villages en empruntant le plus souvent des sentiers et chemins de traverse.

Pour donner une plus-value aux circuits parcourus, nous vous renseignerons sur l'histoire des lieux traversés.

Que vous soyez simple promeneur, curieux de nature, d'histoire, de légendes ou amoureux de notre patrimoine, vous serez comblé. (Chaussures de marche conseillées.)

Participation aux frais : 0,50 Euro.


 

INFORMATIONS:

Pierre LEMAL, 7390 Quaregnon (Wasmuël). 

Tf : 065.77 75 00    de France 00 32 65 77 75 00.

GSM 0473 281253

Les règles du code de la route sont de stricte application.

Feuilles



Consultez notre  AGENDA -PROGRAMME dans les "catégories" à droite de cette page.





 

 

Posté par svlpn à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,